AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Insanity - Dancing with darkness - ( Alice A. SaDiablo )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 768
Date d'inscription : 25/04/2013
Age : 18
Localisation : Ici, là-bas, trouve-moi et, déjà, je ne serais plus là ~

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Ténèbres et Sang
Âge: 19 ans
Titre: Volonté de la Nuit, rang 1
avatar
Alice A. SaDiablo
MessageSujet: Insanity - Dancing with darkness - ( Alice A. SaDiablo )   Dim 9 Nov - 15:32


Hi, I'm Alice Alhena SaDiablo


I- Identity card


Nom: SaDiablo
Prénom: Alice Alhena
Age: 19 ans
Pouvoir et/ou Armes: Contrôle des ténèbres et du sang. / Deux dagues, une espèce de bague / griffe très coupante et, plus occasionnellement, une faux.

Titre: Volonté de la Nuit, des Ténèbres et du Sang, rang 1 / Lady
Groupe: Volonté

Métier: Diriger la résistance.
Thème musical:  Cliquez!




II- Personality & Tastes



JE SUIS CE QUE JE SUIS ...

Si on ne se donne pas la peine de la connaître, on peut facilement décrire la demoiselle comme une jeune femme ayant un caractère violent et se trouvant en plus être cruelle et sans pitié, ne se souciant que d’elle-même. Et si c’est ce que vous pensez, elle en sera bien contente, cependant, l’image que nous montrons aux autres correspond rarement à ce que nous sommes réellement.
Au premier abord, Alice vous paraîtra être quelqu’un de renfermée sur elle-même, secrète et calme, bref, le genre de fille que vous ne remarquez pas vraiment, qui passe inaperçue. Et pour cause, c’est exactement ce qu’elle veut, qu’on ne la remarque pas. Du moins, ça, c’est si vous la croiser en ce qu’elle appellerait son mode survie. Si elle ne cherche pas à passer inaperçue, la demoiselle sera charmante, sociable et joyeuse, du style qui s’entend bien avec tout le monde. Si elle s’en donne la peine ou qu’elle vous juge digne d’intérêt, c’est probablement cette Alice-là que vous croiserez. Si, au contraire, vous avez eu le malheur de vous attirer ses foudres, elle se montrera arrogante, supérieur, haineuse, cruelle et passablement violente. Et malheureusement, elle est immortelle, elle à la mémoire longue et la haine tenace. Elle est revancharde, ce que vous lui ferez, elle vous le rendra au centuple, vous pouvez en être surs. Et si vous êtes vraiment, vraiment mal chanceux, peut-être que vous tomberez sur ce qu’elle considère comme son côté sombre. Du fait de son passé, mais également de l’influence de sa nature de Volonté de la Nuit, elle a développé une certaine folie meurtrière, qui se manifeste la plupart du temps lorsqu’elle voit du sang ou utilise son pouvoir sur ce dernier. Elle se montre alors violente et passablement déconnectée de la réalité. Elle ne réfléchit plus vraiment et se laisse dominer par sa haine et sa violence, ce qui la pousse à attaquer tout ce qui bouge. Heureusement, au fil des ans, elle a fini par arriver à se contrôler, la plupart du temps.

Cela mise à part, ce n’est pas quelqu’un de très sociable. Ce n’est pas qu’elle soit particulièrement associable, au contraire, elle se trouve à être très charismatique, si elle ne vous déteste pas, cependant, elle n’a jamais vraiment eu l’occasion de socialiser. Ce n’est pas quelque chose qui lui vient naturellement. La jeune femme est extrêmement intelligente, astucieuse et déterminée, mais elle est impulsive et trop curieuse. Ces deux défauts, mis ensembles, lui cause d’ailleurs souvent des ennuis. Si elle a quelque chose en tête, elle sera prête à tout pour arriver à ses fins, quitte à tout perdre.
Alice est aussi quelqu’un de très orgueilleuse. Elle fera tout pour vous faire croire qu’elle n’a ni peurs, ni faiblesses, afin que vous ne les utilisiez pas contre elle, comme beaucoup de gens l’on fait lorsqu’elle était plus jeune. Pour cette raison, elle ne parlera jamais de passé, ou elle vous mentira probablement, afin d’éviter que vous ne l’utilisiez contre elle. Car oui, l’honnêteté ne fait pas partit de ses qualités, au contraire. La demoiselle est quelqu’un qui fera tout pour se protéger psychologiquement, quitte à vous mentir ou à vous manipuler. Elle tient à ce que les gens en sachent le moins possible sur elle.

Parlons justement de ses peurs et de ses faiblesses, celles qu’elle ne vous avouera jamais avoir. Sa pire faiblesse est morte depuis longtemps, mais se trouvait à être son fiancé, pour qui elle aurait fait n’importe quoi. En deuxième position vient évidemment son passé, dont elle ne veut pas entendre parler, suivit ensuite par le jour. Elle adore sa contraire et s’entend d’ailleurs plutôt bien avec elle, allant presque jusqu’à la considérer comme sa sœur, toutefois, elle est moins puissante le jour, ce qu’elle déteste au plus haut point. Bien qu’elle reste une rang un, et, de ce fait, très puissante, elle ne supporte pas de sentir sa puissance diminuée, car, pour elle, cela se rapproche du sentiment d’impuissance. Ce qui m’amène à ses peurs. La première d’entre elle se trouve à être la perte de contrôle, ou l’impuissance. Elle tient à être en contrôle afin de ne pas se retrouver dans des situations où elle a déjà été lorsqu’elle était enfant, soit lorsque les autres décidaient pour elle sans qu’elle puisse rien y faire. Elle tient à sa liberté, et elle tient à ce qu’elle ne soit jamais menacée. La jeune femme est également claustrophobe, et, bien qu’elle soit la Volonté de la Nuit, elle a étrangement peur du noir. Pas du noir nocturne, mais du noir dû à l’absence de lumière.

Parmi les choses qu’elles aiment se trouve d’abord les sports extrêmes, le combat, la lecture, l’écriture et le dessin. Ensuite, il y a les animaux, qu’elle apprécie beaucoup et avec qui elle s’est toujours bien entendue, ainsi que les endroits élevés et la musique, particulièrement le piano. Après ce qu’elle aime vient ce qu’elle déteste, et la première de ces choses se trouve à être une autre Volonté; Cédrick Késsai. Elle le déteste, tout simplement, depuis la première fois qu’elle a croisé son regard. Il lui rappelle trop le dieu qui a tué l’homme qu’elle aimait, et elle ne peut pas le supporter. Pour cette raison, elle lui souhaite les pires supplices, et serait d’ailleurs ravie de les lui infliger. Le fait qu’il soit devenu plus puisant qu’elle est d’ailleurs une constante source d’agacement.  Ensuite viennent les chasseurs, qu’elle doit toujours combattre puisqu’ils menacent les Volontés, et donc, l’équilibre du monde, qu’elle s’est juré de protéger à n’importe quel prix.
Finalement, la demoiselle a juré, le jour où elle est revenue à la vie, de toujours tout faire pour protéger le monde, en mémoire de son fiancé qui ne pouvait plus le faire. C’est pourquoi elle tente de protéger les autres Volontés des chasseurs, en plus de diriger la résistance et de rester invisible afin de ne plus jamais croiser le rang zéro.



La demoiselle jeta un ultime coup d’œil à son reflet dans le miroir. Celui-ci lui renvoya l’image d’une jeune fille d’une vingtaine d’années à la silhouette fine et élancée. Elle avait une peau pâle, un peu comme si elle n’avait jamais vue le soleil.  Elle devait aimer le cuir, celle-là, car elle en était entièrement habillée. Elle avait des doigts fins,  terminés par de longs oncles, peut-être un peu trop pointus. Sur l’un d’eux se trouvait une bague, entourant le doigt sur lequel elle était d’un magnifique alliage d’argent et se finissant en une griffe de métal recourbée et incroyablement tranchante. La jeune femme eu un sourire après que son regard ce soit fixé sur cette dernière et elle reporta son attention sur son visage. Le miroir lui renvoyait l’image d’un visage aux traits fins, des dents blanches, où perçaient deux étranges crocs. Prise d’une impulsion gamine, elle se tira la langue. Cette dernière était percée… Plutôt étrange, pour ce temps, non? Comment est-ce que ça avait bien pu arriver? Surement un vestige d’une ancienne vie…  De longues mèches noires corbeaux entourait ce jolie minois.  Puis, la jeune Volonté se regarda dans les yeux.  L’un de ses iris, le gauche, avait la couleur du sang, tandis que l’autre était d’un noir aussi sombre que celui de son ténébreux pouvoir.


« Perfetto  »


Eh bien? Serait-ce de l’italien? Une langue qui n’existe plus, aujourd’hui…  Ou plutôt qui n’existe plus  ailleurs que chez Alice, qui est une italienne de naissance…  



III- Once upon a time ...



VOICI MON HISTOIRE ...


J’aimerais réellement pouvoir dire que je ne me souviens pas, que ça remonte à longtemps. Que  j’ai depuis longtemps enterré le passé, mais je vous mentirais. Non, en vérité, il ne se passe pas une journée sans que j’y repense. Mais bon, puisque vous semblez vous y intéressez, le voici pour vous, en trois parties divisées.

I – Captivity


Je n’ai jamais connu mon père, je n’en ai même jamais entendu parler. De ma mère, je ne garde comme souvenir qu’une voix douce, et une impression qui, je suppose, s’apparente à ce que les gens appellent chaleur. Elle est morte quand j’avais trois ans. Plus tard, on m’a dit que c’était ma faute, si elle était morte. Je n’ai jamais vraiment su le pourquoi du comment, et maintenant, il est trop tard pour que je le demande. Quoi qu’il en soit, je fûs donc envoyé à l’orphelinat.

Ça aurait pu être un endroit correct, je suppose. Tout aurait, en fait, pu être complètement différent.  Si j’avais été normale. Mais je n’étais pas comme les autres. Mes yeux n’étaient pas pareils. Ils avaient une couleur différente. Et, pire encore que s’ils avaient été simplement dépareillés, l’un d’eux était rouge. Et, voyez-vous, les gens n’aiment généralement pas ce qui est différent d’eux. Encore moins ce qui se rapporte aux mal, aux ténèbres ou aux démons. Malheureusement, ces choses me suivraient toute ma vie et même par-delà ma mort.
Nous devions être une cinquantaine de fille, je crois. Mais ça n’a jamais rien changé pour moi. Je n’avais pas le droit de leur parler. Parce que j’étais mauvaise, qu’ils disaient. Parce que j’étais une démone et qu’eux étaient bons.  Bref, c’est pour ça que j’étais toujours isolée. Je mangeais dans un coin, loin des autres. Je ne mangeais pas la même chose non plus, je crois. Enfin, bref.  Le pire c’était la nuit. Je n’ai jamais dormis à l’orphelinat. Dès que le soleil se couchait, on m’éloignait pour me conduire dans la forêt. J’avais très peur du noir à cette époque. Les premières nuits, j’essayais de retourner à l’orphelinat. Je n’y suis parvenue qu’une fois, et cette fois-là, on me gronda et je fûs battue à coups de bâtons.  Alors les autres soirs, je me contentais de rester assise dos à un arbre et d’attendre que la nuit passe en comptant les choses. Je comptais tout. Mes respirations, les battements de mon cœur, les feuilles par terre…Bref, c’est comme ça que je grandis. Entre l’orphelinat, où j’étais toujours isolée des autres et où on me mettait tout sur le dos et la forêt ou je comptais et dormais très peu. Les autres filles ne m’aimaient vraiment pas. Les midis, elles s’arrangeaient pour venir me parler. Elles me traitaient de démone. Je ne leur répondais jamais, mais ça n’importait pas. Lorsque les dames qui s’occupaient de l’orphelinat s’en rendaient compte, c’est quand même moi qui prenais les coups.  
J’aurais facilement, tellement facilement pu me laisser mourir à cette époque… Mais l’instinct de survie est quelque chose qui a toujours été très développé chez moi…

Quelque chose finit toutefois par me faire apprécier la nuit. Quelqu’un, plutôt. Zéro. Je le rencontrais, un soir, alors qu’il marchait dans la forêt. Il n’était pas beaucoup plus vieux que moi, un an, deux maximum. J’avais treize ans, à cette époque.  Il était assez grand. Des cheveux blancs et des yeux bleus électriques. Les plus beaux yeux que j’ai jamais vu. Il revenu plusieurs soirs, ensuite, sans que j’ai jamais su pourquoi. Il finit par venir tous les soirs. Je n’ai jamais rien su d’autres que son prénom. Mais c’est quelque chose qui m’était suffisant. Au fil des années, notre amitié devint plus que ça. Et, sans que je ne m’en rende vraiment compte, cinq ans passèrent. J’avais dix-huit ans…



C’était un soir d’automne. J’étais dans la forêt, avec Zéro, quand tout-à-coup, le ciel est devenu complètement noir. Plus d’étoiles, plus de lune, rien. Ensuite, il y a un bruit assourdissent et ce fût comme si la terre sous le village était devenu un océan. Sûrement, parce que la terre ne peut pas se soulever comme une vague en détruisant tout sur son passage. Bien avant que la vague n’atteigne la forêt, si elle l’atteint un jour, mon instinct de survie prit le dessus. J’attrapais aussitôt Zéro par la main et nous partîmes en quatrième vitesse.
Je ne sais même pas par quel miracle nous pûmes survivre, mais nous eurent la chance de trouver une immense grotte, cachée derrière une cascade. Elle nous fournit un abri sur, pendant presque un an. Mais, évidemment, il nous fallait sortir chercher de la nourriture. Ce fût pendant l’une de ces sorties  que nous le rencontrâmes. Un dieu. Il était très, très grand et ses cheveux étaient noirs. Ses yeux, eux, étaient dorés…  Nous n’avions même pas fait un geste, que déjà, il était passé à l’attaque. Pour une fois, ce ne fût pas mon instinct qui me sauva. Non, c’est Zéro qui me poussa de côté. Ce fût Zéro qui se prit l’attaque à ma place. Elle m’effleura seulement le bras. Mais elle lui transperça le cœur. Il mourut sur le coup.  

Je n’ai pas le moindre souvenir de la manière dont je pus retourner à la grotte. Mais j’y retournais. Cependant, ce que j’avais pris pour une blessure sans gravité se révéla rapidement bien plus grave que ça. La plaie était assez profonde et saignait abondamment. Le sang ne coagulait pas et j’en perdais beaucoup. Assez pour que j’en meurs en moins de vingt-quatre heures. Je suis morte le jour de mon dix-neuvième anniversaire.

Je n’ai jamais priée de ma vie, voyez-vous. Les dieux, je les ai toujours eus en horreur. Après tout, n’était-ce pas de leur faute, si j’étais née avec cet affreux œil rouge? Non, vraiment, la seule chose que je fis un jour qui pu se rapporter de près ou de loin à une prière fût un simple espoir adressé à un mort. Comme je suis revenue à la vie en tant qu’immortelle, je n’ai jamais su ou pu savoir s’il y avait quelque chose après la mort. Et je n’ai jamais cru au paradis ou à quoi que ce soit de ce goût-là. Cependant, après la mort de Zéro, je me surpris à espérer qu’il soit quelque part où il serait bien.



Je n’ai pas le moindre souvenir de ce qui a pu se passer entre le moment où je suis morte et celui où je suis redevenue vivante. Je sais cependant que, à ce moment-là, j’étais aveuglée par la rage et l’envie de vengeance. Ça brouille aussi mes souvenirs du moment où les Volontés affrontèrent les Dieux. Je me souviens cependant très bien que je tuais le  monstre aux yeux dorés qui avait tué  la seule personne que j’ai jamais aimé.
Par la suite, nous reconstruisîmes le monde pour les rares humains qui avaient réussis à survivre.  Et il y eu un temps de paix. Les humains vivaient assez bien avec les Volontés. Mais bon. Il faut avouer qu’étant la Volonté de la Nuit et, par extension, des Ténèbres et de ce qui s’y rapporte, voir même du sang, même s’il n’existe pas de Volonté du Sang. Cependant, vu la couleur de mon œil et mon étrange pouvoir sur cet élément, c’est un surnom qu’on finit par me donner, les humains ne m’apprécièrent jamais vraiment, au contraire. Et ça devînt de pire en pire.
Je rencontrais, un jour, la Volonté de la Mort. Je l’appréciais de suite. Il comprenait si bien ce que ça représentai que d’être une Volonté qu’on apparentait au mal. De devoir toujours se battre contre ce côté «  sombre >>. Évidemment, je finis par rencontrer son contraire également. La Volonté des Immortels. Celui-la, par contre, je le hais dès que je le vis. Je dois avouer que ce n’était probablement pas vraiment de sa faute. Malheureusement, ses cheveux étaient noirs et ses yeux étaient jaunes. De ce même jaune qui me rappelait le regard de quelqu’un d’autre… J’appris rapidement qu’il n’avait pas participé au combat contre les Dieux, et, de surcroît, qu’il avait été un adepte de la prière, du temps de sa vie humaine. Qu’il avait prié les monstres qui étaient responsable de toute cette vie pleine de violence et de perte. Je le classais aussitôt dans la catégorie lâche. Cela ne fît qu’ajouter à ma haine. Je n’eus pas le moindre mal à retourner les autres contre lui. Ce fût un jeu d’enfant. Et à partir de là, je n’eus de cesse de le tourmenter, toujours plus, de plus en plus aveuglée par la haine.
Pour être honnête, je ne le laissais finalement tranquille que le jour où il devînt un rang zéro.
À ce moment-là, je fis une chose pour laquelle je suis très douée; disparaître. Je disparue du jour au lendemain, retournant à la grotte sous la cascade qui avait toujours constituée un refuge pour moi. J’y avais fait construire un manoir des siècles plus tôt. Il était situé près d’un petit village isolé. Malgré mes efforts, toutefois, une rumeur finit par se répandre dans le village, à propos d’une démone qui hanterait la forêt. Je m’évertuais donc à la faire taire, jusqu’à ce qu’elle ne soit plus qu’une façon d’effrayer les enfants.
Cela mise à part, je mis à profit le temps dont je disposais tout d’abord pour récolter le plus d’information possible sur la Volonté des Immortels. Sur ces déplacements, ce qu’il faisait de son propre temps et etc. Après tout, plus j’en savais sur lui, plus je serais en mesure de garantir ma propre sécurité. La seule autre Volonté que je voyais parfois était ma contraire et, encore, même elle ne savait pas où j’habitais. Bien que ce soit un peu risqué, je ne pouvais me résoudre à couper définitivement le contact. J’en étais venue, au fil des siècles, à la considérer un peu comme une sœur. Bien que représentant les ténèbres, la lumière qu’elle semblait dégager, un peu de la même manière que Zéro, m’éblouissait.
Plus tard, je fondais la résistance, avec quelques autres Volontés. Je m’opposais toutefois à la moindre chose qui aurait risquée de déclencher une guerre. Hors de question de faire comme les Dieux avant nous et de déclencher un combat destructeur pour le pouvoir. Au contraire, nous nous mîmes à la recherche de la Volonté de la Mort.
Je pris toutefois toujours grand soin de ne jamais laisser qui que ce soit savoir où je résidais. Je ne laissais jamais de courant mener chez moi et fîs toujours bien attention à ne pas trop centrer les courants que je créais dans la région où j’habitais.




IV- Who am I ?



Prénom/Pseudo: Alice ~
Age: Encore toutes tes dents ?
Sexe: F
Où as-tu trouver le forum ?: J’me suis perdue!
Si tu devais ajouter quelque chose au forum ?: Finir les lieux, déjà!
Code du règlement:[Validé!]
DC: Nop!


Fiche codée par Umi sur Epicode.Ne pas retirez.
[/spoiler]


Dernière édition par Alice A. SaDiablo le Sam 10 Jan - 20:01, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com
Messages : 768
Date d'inscription : 25/04/2013
Age : 18
Localisation : Ici, là-bas, trouve-moi et, déjà, je ne serais plus là ~

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Ténèbres et Sang
Âge: 19 ans
Titre: Volonté de la Nuit, rang 1
avatar
Alice A. SaDiablo
MessageSujet: Re: Insanity - Dancing with darkness - ( Alice A. SaDiablo )   Mar 16 Déc - 21:27

Je m'auto-valide ~
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com
 

Insanity - Dancing with darkness - ( Alice A. SaDiablo )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Jasper & Alice Forever
» Insanity Break 0x06
» Alice Blood [Attente de Réponse]
» Alice Cullen
» | When Darkness Falls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques des Volontés :: Votre Personnage :: Présentation :: Validées-