AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Instinct de survie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Instinct de survie   Mer 25 Mar - 21:46

Je sautais d’arbre en arbre et riais, je me sentais si bien, ici avec ma meute entre les arbres. Je me sentais invincible. Nous étions pourtant poursuivis par deux chasseurs. Nous venions de comment dire… Voler des chasseurs. Cela m’amusait grandement, je devais l’avouer. Ce n’était pas la première fois. Moi et ma meute aimions faire cela pour deux rasions ; la première, parce que cela nous entrainait et la deuxième parce que nous pouvions faire le plein d’objets se trouvant seulement en ville. Nous étions chanceux aujourd’hui puisque les chasseurs s’étaient endormis. Ils étaient si stupides! S’endormir au beau milieu de la forêt sans que personne ne fasse le guet… Nous mais sérieusement? Trop facile. La mission n’était pourtant pas fini, nous étions pourchassé par les chasseurs par la faute de Hayato. Ce mâle avait pété dans la face de l’ennemi pendant qu’on lui volait son sac. Ce n’est pas croyable! Je comptais ma meute pour être certaine que tous suivaient. Nous étions neuf dans la meute soit cinq mâles et quatre femelles. Shiba, Akamaro, Muriko, Roko et Hayato constituaient le sexe masculin du groupe. Haruka, Shuna, Tsuzi et moi représentions le sexe féminin. Il en manquait un ; Akamaro. C’était le seul louveteau de la meute, il était aussi le plus gentil, étant le plus jeune il avait plus de difficulté à nous suivre. Je lui avais pourtant dit de rester sur ma tête, mais bien sûr, il avait eu envie de marcher! Je soupirais avant de faire signe aux autres de continuer sans moi. J’espérais qu’ils allaient m’attendre avant d’ouvrir les sacs. J’étais curieuse de voir ce qu’ils contenaient. Fessant demi-tour, je sentis une odeur bizarre. Je finis par la reconnaître, dans les airs, de la cendre de phénix volait. Étrange… Il n’y avait pas de volonté ici et je ne leur avais pas montré mon pouvoir. J’arrivai enfin devant les chasseurs, je ne pris pas le temps de les observer et tomba à quatre pattes devant eux. Je grognais. Personne, je dis bien personne ne s’en prend à ma meute sans en payer les conséquences. Akamaro était en vie, il grognait. C’était le loup dont j’étais le plus proche, il était toujours avec moi. Un chasseur le tenait par la peau du dos dans les airs en riant.

<< Qu’est-ce que tu attends ? Viens chercher ton ami avant que je le tues fillette ! N’est-il pas important à tes yeux ? >>

J’étais folle de rage, sans même analyser une seconde la situation, je me mis à courir vers celui qui tenait le louveteau. C’était un piège ! Ma main toucha quelque chose d’étrange sur le sol, puis un filet me tomba dessus. Je me débâtis, mais il n’y avait rien à faire. Le filet été trop solide pour être déchiré et trop lourd pour être soulevé. J’étais coincé comme une débutante ! Les chasseurs semblaient très amusés. J’étais enragée !

<< Tu vois petite, nous avons entendu parler de toi et des loups. Tu sais… On nous a offert une belle somme pour te ramener vivante. Je ne vois pas trop ce que tu as de spécial… Sauf peut-être ta sauvagerie. On va te faire une petite faveur, nous allons apporter le minus avec toi. Peut-être allons-nous avoir un bonus, pas vrai frérot? >>

J’étais dégouté, je mettais fait prendre comme une imbécile, tout cela n’était qu’un piège depuis le début. Je savais que c’était trop facile. En plus par ma faute, le petit-fils de Lola, allait lui aussi avoir des problèmes. Il était comme un frère pour moi, c’est Lola qui c’est toujours occupé de moi et c’est mon devoir de m’occuper de son petit-fils. Le premier chasseur donna un pistolet à son coéquipier. J’étais prête à me créer des clones s’il le fallait, mais avec la cendre dans les airs, c’était dangereux d’utiliser mes pouvoirs. Ils pourraient comprendre que je ne suis pas une volonté. J’entendis Akamaro hurler. Ils appelaient les autres. Je le regardais pour qu’il se taise, cela marcha. Nous nous comprenions très bien. Je ne voulais pas que les autres loups se fassent coincés, ces chasseurs avaient des armes à feu. J’avais sous-estimés ces chasseurs. Le deuxième s’approcha de moi le pistolet levé, j’allais me créer des clones lorsque je compris que l’arme n’allait pas me tuer. C’était un pistolet lançant des fléchettes pour endormir, j’en avais déjà vue un dans le passé. Je me demandai si je devais utiliser mon don ou attendre, je pris trop de temps à y penser. La dernière chose que je vis avant de m’endormir fut une fléchette sur mon épaule.

*FLASHBACK : Une louve était en train d’accoucher. Cette louve était la descendante de Lola. Elle allait bientôt avoir un fils. J’attrapais le bébé à peine sortit du ventre de sa mère, le père, Shiba, se mit à le licher, puis il coupa le cordon avec ses dents. C’est à ce moment que je remarquais que la mère avait de la difficulté à rester éveillé. Donnant le fils à son père, je me mis à écouter le cœur de la louve. Trop lent! Elle avait perdu trop de sang et elle allait mourir! Je fis tout pour la garder en vie, mais elle mourut. Shiba et moi, nous mîmes à hurler sa mort. Il me regarda ensuite, il voulait que je donne un nom au bébé. Je décidais donc de le nommer Akamaro. Depuis ce temps, le louveteau et moi étions inséparables.*


Je me réveillai au son de voix. Je n’avais pas encore ouvert les yeux. Je me demandais si Akamaro était prêt de moi, je l’espérais. Je sentais que mes bras et mes jambes étaient attaché solidement. J’étais couché sur quelque chose de froid et dur. On parlait de moi, les voix étaient faibles, mais je pus comprendre que ces gens étaient des scientifiques et qu’ils voulaient comprendre pourquoi j’agissais en loup. Ils n’avaient pas pensés me le demander, non, ils m’avaient enfermé ici et ils allaient me torturer ! J’en étais sûr! Quelqu’un fini par dire qu’il devait me donner une troisième dose de somnifère avant que je me réveille. J’entendis par la suite une porte s’ouvrir. Cette fois ci, je n’hésitai pas. J’ouvris les yeux et me créa trois clones. Un pour me détacher de ces chaînes et deux pour assommer le scientifique. Après que mes clones aillent fini avec leurs taches, ils disparurent. Je voulais économiser mon énergie, je ne savais pas trop ce qui m’attendais. Les murs étaient blancs, il y avait un évier, une armoire et un miroir. J’avais été couché sur une espèce de table d’opération métallique. On avait commencé à récolter mon sang en me piquant quelque chose à l’intérieur du bras. Heureusement, ils n’avaient pas eu le temps de récolter grand-chose, environ cent millilitres je dirais. J’arrachais le fil, puis je vidai le contenu du sac dans l’évier. Le sang y tacha les parois. Je fis couler l’eau, personne ne devait analyser mon sang. Ils ne devaient pas savoir que j’étais une ancienne déesse. Par la suite, je sortis dans le couloir. Celui-ci était désert, je remarquais que ce qui m’avait paru la première fois pour un miroir étaient de l’autre côté une fenêtre. Je n’avais jamais vue cela. C’était étrange. Je me mis à courir dans le couloir regardant par les fenêtres pour retrouver le louveteau. Ils n’étaient pas bien loin, au fond du couloir je le vis dans une salle semblable à la mienne, en vérité, toute les salles se ressemblaient. Cette endroit semblait immense et je n'étais pas capable de me situer. J’entrai dans la salle. Ils n’avaient pas récolté son sang, mais il dormait. Je pris Akamaro dans mes bras et me dirigea vers la sortie. Tout à coup, une alarme se déclencha. Que ce passait-il ? Pourquoi ce son ? La porte ne voulait plus s’ouvrir. J’étais de nouveau prise au piège.

<< Non, non et non ! >>

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Ven 27 Mar - 16:39

Je vis passer un louveteau, il semblait essoufflé. Je n’en fis pas de cas, après tout il aurait très bien pu jouer ou bien courir pour rattraper sa meute. Seulement, suite au jeune loup, deux chasseurs sont passé devant moi, sans me voir. J’eu le réflexe de vouloir me téléporter, mais c’était inutile, car ce n’est pas moi qui les intéressait, mais le loup et de plus il y avait de la cendre de phénix dans l’air. Qu’est-ce que c’était que ces idiots, Ils avaient préféré s’attaquer à une pauvre créature sans défense plutôt qu’à moi, une volonté? J’étais contente de ne pas avoir d’ennui mais avouer que c’est étrange. Je suis donc restée cachée. Puis, bientôt une jeune femme entra dans mon champ de vision.
<< Qu’est-ce que tu attends ? Viens chercher ton ami avant que je le tues fillette ! N’est-il pas important à tes yeux ? >>

Oh! Tout devint plus claire le loup était en fait un appât pour attirer la jeune fille. Celle-ci devint folle de rage et approcha du chasseur. C’était un piège ! Un filet lui tomba dessus. La jeune femme se débattait sans arriver à se libéré.

<< Tu vois petite, nous avons entendu parler de toi et des loups. Tu sais… On nous a offert une belle somme pour te ramener vivante. Je ne vois pas trop ce que tu as de spécial… Sauf peut-être ta sauvagerie. On va te faire une petite faveur, nous allons apporter le minus avec toi. Peut-être allons-nous avoir un bonus, pas vrai frérot? >>
Le premier chasseur donna un pistolet à son coéquipier. Le jeune louveteau se mit à hurler. Il cessa dès que la jeune femme le regarda, ils se comprenaient! Un des deux chasseurs s’approcha de de la jeune femme le pistolet levé. Je me sentais terriblement impuissante, ils allaient la tuer devant moi et je ne pouvais rien faire. Le chasseur appuya sur la gâchette et une fléchette fut projeter sur l’épaule de la fille. Celle-ci s’évanouit immédiatement. J’ai poussé un soupir de soulagement, j’avais eu tellement peur qu’elle meurt. Le deuxième chasseur retira le filet de sur la jeune femme et la prit sur ses épaules. Je ne pouvais pas la laisser se débrouiller toute seule. Je devais l’aider. Je me fis un plan. J’allais les suivre et dès que la cendre de phénix se serait dissipé, que personne ne regarderais la jeune femme, je la téléporterais et on partira. D’un pas discret et décidé j’ai suivi les chasseurs jusqu’à une vielle bâtisse, elle n’était pas très grande. Je me suis arrêté pour qu’on ne me voie pas. Comme la prisonnière était sorti de mon champ de vision, en entrant à l’intérieure de la bâtisse, je dû me résoudre à me téléporter moi-même. Ca me prit tout de même du temps à me convaincre. Au bout d’une vingtaine de minutes j’ai finalement repris confiance et me suis téléportée de l’autre côté de la porte. Tout à coup, une alarme se déclencha et des gens arrivèrent avec des fusils similaires à ceux des chasseurs. Je n’eus pas le temps de partir, une fléchette m’avait atteint.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Ven 27 Mar - 22:16

Je ne voulais pas resté enfermé! Non ! Je détestais ce sentiment d’impuissance qui était en train de gagner mon corps. Une peur commença à refaire surface…

*FLASHBACK : Cela ne fait qu’un mois qu’on m’a retrouvé dans la forêt. Ceux qui m’ont emprisonné dans cette cage sont des Dieux. Ils disent que je suis comme eux et que je dois les aider à gagner la guerre. Je ne comprends rien. Ils pensent vraiment que je vais me rallier à leur cause? Ils m’ont emprisonné depuis que j’ai essayé de mordre leur chef. Je me suis battue durant plus de trois semaines contre eux. J’étais épuisé et je ne pouvais plus protéger ma vrai famille; les loups. J’avais donc capitulé pour protéger ma meute. *


Le jappement d’Akamaro me sortit de mes pensées. Il comptait sur moi, mais je commençais à perdre confiance… Non ! Je ne referais pas la même erreur deux fois de suite. Mon petit louveteau favori commença à remuer, il fessait cela quand il voulait aller sur le sol. Je le déposais donc par terre. Il se mit à sentir le sol. À quoi bon lui dis-je, il n’y a aucune issu sauf cette porte barricadé qui est impossible à franchir. Arrête Sera! Concentre-toi ! Il y a toujours un moyen de s’en sortir. À peine cette bouffé de confiance arriva à mon cerveau, qu’elle fût dissoute. Je n’avais aucune idée… Je fis donc la seule chose possible. Je fonçais droit dans la porte de toutes mes forces. Suite à une quinzaine de coup d’épaules, je tombais sur les genoux. J’avais énormément mal, mon épaule était toute endolorie et la porte n’avait pas bougé d’un millimètre. Déception totale! Je me levais et me mis à mettre le bordel dans la pièce. J’avais beau fouiller partout, je ne trouvais rien et cela m’enragea. J’entendis soudainement un jappement. Akamaro! Il me regardait de ses petit yeux bleus, il ressemblait tant à un bébé husky. Il possédait une robe noir et blanche, noir sur le dos et dessus la tête et blanc sur le ventre et le dessous de la tête. Il s’approcha de moi énervé que je sois si lente. Qu’avait-il trouvé ? Curieuse, je me mis à le suivre. Il appuya ses deux petites pattes avant sur le mur et me regarda avec un regard confiant. Je me mis à toucher le mur, il semblait semblable aux autres. Je donnai donc deux coups sur celui-ci. Ça sonnait creux! Il y avait une sortie de l’autre côté! Je félicitais Akamaro, puis commença à bombardé le mur. Je n’avais pas de temps à perdre à trouver l’interrupteur. Akamaro s’était éloigné je ne sais où. Malheureusement, le mur était dur en acier et mes jointures se mirent à saigner. Ces scientifiques étaient vraiment paranoïaques! Ce bâtiment était un immense bunker remplit de bunker! Je continuais tout de même de donner des coups. Que pouvais-je faire d’autre ? Au moins, je fessais quelque chose et cela me détendais. Je m’arrêtais lorsque je vis Akamaro au côté de moi, entre sa mâchoire, il tenait un contenant vert flash. Il me le donna. C’était quoi ? J’ouvris le contenant et immédiatement, Akamaro commença à grogner. Le contenu était donc dangereux… Je le jetais sur le mur. Le mur se désintégra devant mes yeux en moins d’une seconde en rongeant tout sur son passage. C’était terrifiant… Je regardais Akamaro les yeux bien ronds. Aucun de nous deux étaient capables de lire le contenant, c’était grâce à cette odeur forte qu’Akamaro avait pu deviné que c’était dangereux. Il était un vrai génie. Je me demandais pourquoi les scientifiques gardaient cela dans le bunker. Avec ce produit, ils pouvaient tout faire disparaître… Le produit nocif avait maintenant complétement disparu vers l’étage du bas. Devant moi se tenait un espèce de tunnel métallique. Akamaro se faufila sous mon polor. Je me jetais dans ce tunnel espérant arriver dans un meilleur endroit. Je tombais dans un bac remplit de vêtement sales. J’y sortis rapidement, l’odeur était insurmontable. Je me mis à marcher dans le couloir, celui-ci était exactement pareil à l’ancien. Tout à coup, Akamaro jappa vers une salle. Une jeune femme y était. Pourquoi Akamaro voulait me montrer cela ? Je me remis à marcher, mais à peine avais-je fait un pas qu’il se remit à japper. S’il continuait comme cela, nous allons nous faire remarquer. Puisqu’il insistait, j’essayai d’entrer dans la salle. De l’extérieur, les portes étaient débarrées. Je plaçais une poubelle pour empêcher la porte de fermer totalement. Je ne voulais pas être enfermée de nouveau. Je m’approchais en suite de cette jeune femme en train de dormir paisiblement. Son odeur me frappa, je l’avais déjà sentie… Quand les chasseurs m’avaient arrêtée! Elle a dû se faire emprisonnée en même temps que moi… Je ne la connaissais pas et ce n’était pas mon problème. J’avais assez de problèmes comme cela, je décidais donc de m’en aller. J’étais en train de faire demi-tour lorsque j’entendis du bruit. La jeune femme était réveillée et elle me fixait…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Sam 28 Mar - 10:39

Je senti un produit circuler dans mon corps. Mes jambes devinrent molles et je me suis écroulée au sol.

*Rêve : J’étais dans une forêt. Je marchais depuis des heures, quand j’ai décidée de sortir ma boussole. Pourquoi je ne l’avais pas fait avant? Mes yeux gris se posèrent sur le cadrant. Les aiguilles s’agitaient dans tous les sens. Impossible de se fier à ma boussole. J’ai soupirée, puis j’ai lancé ma boussole par terre, la craignant inutile. Elle s’est mise à glisser. J’ai essayée de la téléporter dans ma main. C’est ce que je craignais mon pouvoir ne fonctionnait pas. Je me suis mise à courir. Je l’ai vite retrouvée. Ma boussole heurta un coffre dans un bruit métallique. Il devait y avoir plein de bijoux et de pierres précieuses la dedans. Je me suis approchée et j’ai posé mes mains dessus.*

À mon réveil, j’étais attachée et couverte de cendre de phénix. Là c’était sur je ne pourrais plus fuir. J’avais essayée d’aider quelqu’un et je m’étais fait capturer à mon tour. Voilà ce qui arrive quand on se mêle de ce qui ne nous regarde pas. Je me suis lever, avec difficulté et j’ai vu la jeune femme. Elle me tournait le dos. Ca y est je l’avais retrouvée. Ou plutôt s’était-elle qui m’avait trouvée. La jeune femme était en train de faire demi-tour. Elle se tourna vers moi. Je la fixais j’avais tant de chose à lui demander, mais je ne voulais pas la brusquer. J’ai ouvert la bouche pour me présenter et pour lui demander de me détacher quand j’ai entendu du bruit. Quelqu’un venait vers nous.

Elle est venue à nous! On a eu qu’à l’endormir. Qu’elle jeu d’enfant. Bon d’ailleurs je dois aller lui donner une seconde dose de somnifère et lui faire une prise de sang. Excuse-moi!

Je me suis mise à regarder la porte. Puis, j’ai chuchotée à l’intention de la jeune femme :

Cache-toi!

On dirait que s’était déjà fait, je ne la voyais plus. J’entendis alors quelqu’un à l’extérieur dire.

Oh! Ce n’est pas bien grave. Moi aussi je dois m’absenter. Je dois aller voir la jeune sauvage.

Je me suis allongée dans la position que j’avais à mon réveil, j’ai fermé les yeux et je me suis concentrée sur ma respiration. Quelqu’un à donner un coup de pied dans quelque chose, ça sonnait comme du plastique. J’ai ensuite entendu l’homme dire à voix basse :

Mais qu’est-ce que cette poubelle fait là. J’ai pourtant dis que les porte doive rester fermée!

Une valise a été posée sur une petite table près de moi. Je n’étais pas idiote je savais ce qu’il y avait à l’intérieur : des seringues. Je ne pouvais pas me téléporter ni téléporter les seringues, je n’avais plus mes pouvoirs.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Dim 29 Mar - 9:20

Elle ouvra la bouche pour me dire quelque chose, mais s’arrêta quand elle entendit des scientifiques approcher. L’un deux allait bientôt entrer dans la salle. Je devais me cacher! Rapidement, je sautais dans les airs et m’accrocha après la grille avec mes ongles. Akamaro était sur mon ventre, caché dans mon polor. J’entendis celle aux cheveux blancs m’ordonner de me cacher un peu en retard. Par la suite, j’entendis un autre scientifique, il allait droit vers ma chambre. Il n’avait donc pas encore remarqué que j’avais disparu… Parfait. La jeune femme se recoucha et un homme entra. Il faillit tomber à cause de la poubelle. Pitoyable ! Comment a-t-il fait pour ne pas la remarquer ? Il était vieux petit et très mince, comme s’il n’avait pas mangé depuis des jours, il semblait malade. Il avait des cheveux blancs. Cet homme portait une veste blanche trop grande pour lui, celle-ci trainait par terre, il ne semblait pas bien voir. Il portait des lunettes très épaisses, mais celle de droite était cassée. Les verres lui zoomaient les yeux aux maximum, on aurait dit des yeux de tarsier (voir : http://www.quizz.biz/uploads/quizz/218919/10_cqzbc.jpg ). Quand l’homme fini de rager contre la petite poubelle, il se déplaça vers une petite valise placé sur une table auprès de la jeune femme.

<< Je savais bien que je l’avais oublié ici! >>

Il l’ouvra à l’aide d’une clef pendu à son cou, la valise contenait une multitude de seringues. Des petites, des grandes, des épaisses, des longues, des colorés, des bouts pointues, etc. Je ne pouvais pas le laisser endormir cette femme, maintenant qu’elle était réveillée, je voulais l’aider. Elle était mal seule chance de trouver la sortie de ce bâtiment. J’allais attaquer l’homme quand il commença à parler.

<< Je n’aime pas blesser ou torturer les humains, mais toi tu n’es pas humaine, tu es un démon. Nous allons ouvrir ton corps pour mieux comprendre comment tu fonctionne. N’est pas peur, toi ce n’est que demain. Aujourd’hui, c’est un minus de petit loup. Mon acolyte est allé réveiller la sauvage, nous avons hâte de lui poser pleins des questions. Penses-tu qu’elle va nous répondre? J’ai tellement hâte de savoir le résultat… >>

L’homme approcha dangereusement la seringue de son cou. Je n’attendis plus, je lui sautais sur le dos et lui morda le cou. Akamaro, pour sa part, c’était attaqué à son talon d’Achille. Il cria à mort. Il allait alerter tous les autres! Je devais me dépêcher. Lorsqu’il fût tourné, je le frappai. Celui-ci tomba par terre inconscient. J’entendis des pas approché, une idée me vins. En vitesse, je déshabillais le scientifique. Son badge, lorsque l’on cliquait sur un bouton, nous permettait de savoir son nom.  Je sus donc qu’il s’appelait Frédérique Hill. Pourquoi mettait-il le nom par écrit et par oral sur le badge? Ces personnes semblaient toutes savoir lire… Je lançai ses vêtements et ses accessoires à la nouvelle. Je ne pouvais pas le faire puisque j’étais incapable de rester calme et d’agir parfaitement comme eux.

<< Tu t’appelles maintenant Frédérique Hill, tu es petit et mince. Tu m’as retrouvé en fuite. N’oublie pas de… >>

Je ne pus finir ma phrase, que déjà deux hommes étaient apparu. Akamaro était attaché après la grille avec ses griffes. Il voulait rester libre pour nous aider s’il le fallait. J’avais caché Frédérique dans la poubelle. Nous devions tout de même partir d’ici au plus vite. Un des hommes se mit à parler :

<< Que se passe-t-il ici? Pourquoi la sauvage se promène-t-elle sans menottes? Pourquoi est-elle réveillée! Tu es mieux d’avoir une bonne raison mon grand. >>

Puis l’autre prit la parole :

<< Calme toi un peu tu veux… Frédérique a toujours été un très bon scientifique, je suis sûr qu’il a une très bonne raison. Il n’a pas tué le cobaye au moins. Au juste, comment as-tu cassés le deuxième verre de tes lunettes ? Tu ne dois plus voir grand-chose maintenant… >>

Je commençais à être anxieuse, j’avais laissé ma vie entre les mains d’une femme que je ne connaissais presque pas et celle-ci n’avait pas encore parlé… À quoi avais-je pensée ?


Dernière édition par Serafina Wolfe le Mer 1 Avr - 19:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Dim 29 Mar - 11:21

J’entendis le déclic d’une serrure qui s’ouvre. Puis l’homme se mit à me parler, comme si il s’adressait à lui-même.

Je n’aime pas blesser ou torturer les humains, mais toi tu n’es pas humaine, tu es un démon. Nous allons ouvrir ton corps pour mieux comprendre comment tu fonctionne. N’est pas peur, toi ce n’est que demain. Aujourd’hui, c’est un minus de petit loup. Mon acolyte est allé réveiller la sauvage, nous avons hâte de lui poser pleins de questions. Penses-tu qu’elle va nous répondre? J’ai tellement hâte de savoir le résultat…


Cet homme me donnait des frissons dans le dos. Il voulait m’ouvrir! Mais quel fou! J’espérais que la jeune femme réagirait avant qu’il soit trop tard. Si on voulait sortir il faudrait s’allier. J’entendis un cri de douleur suivi d’un bruit sourd comme quelqu’un qui tombe. J’ai ouvert les yeux d’un coup et je me suis redressée en position assise. Le scientifique était par terre inconscient et la jeune femme se tenait devant moi.  Quelqu’un approchait. J’entendais ses pas. En vitesse, la jeune femme déshabilla  le scientifique et me  lança ses vêtements, que je reçu en plein visage. Je n’avais pas pu me protéger le visage avec mes mains elles étaient attachées.

Tu t’appelles maintenant Frédérique Hill, tu es petit et mince. Tu m’as retrouvé en fuite. N’oublie pas de…

Elle ne put pas finir sa phrase, deux hommes étaient apparu. Je n’avais pas eu le temps de lui dire que j’étais attachée! L’un d’eux me dit :

Que se passe-t-il ici? Pourquoi la sauvage se promène-t-elle sans menottes? Pourquoi est-elle réveillée! Tu es mieux d’avoir une bonne raison mon grand.

Puis l’autre prit la parole :

Calme toi un peu tu veux… Frédérique a toujours été un très bon scientifique, je suis sûr qu’il a une très bonne raison. Il n’a pas tué le cobaye au moins. Au juste, comment as-tu cassés le deuxième verre de tes lunettes ? Tu ne dois plus voir grand-chose maintenant…

Je pris une grande respiration pour me calmer. La dernière chose qu’il fallait que je fasse c’est m’énerver. Je me rappelai tout ce que je savais sur mes ennemis et me lança dans l’interprétation d’un rôle comme si je jouais avec des amis. Je dis avec la meilleure imitation de la voix de Frédérique Hill :

La sauvage s’est sauvée je voulais la rattraper. Mais je n’ai pas eu le temps, elle est trop rapide. Elle a cassée le verre de ma lunette et m’a attaché. D’ailleurs pouvez-vous me détacher?

L’un d’eux s’avança et me détacha. Quels idiots, ils m’avaient cru! Il me regarda un instant avant de me dire :

Où est ta patiente? Elle n’était pas censée être là et dormir?

Oh mince! Je n’avais plus une seule idée pour me sortir de cette mauvaise situation. J’étais à court de mensonge. L’autre scientifique lui qui m’avait quasiment disputé s’approcha dangereusement de la poubelle. Il découvrit son collègue inconscient et averti celui qui était près de moi, que j’étais la patiente en question. Ca y est j’étais grillée. Je me suis précipitée vers la valise pour m’emparer d’une seringue remplie de somnifère, mais le scientifique celui qui avait un badge portant l’inscription Damien Philips, plaça son pied sur ma veste blanche trop grande pour moi. Celle-ci se déchira en me faisant perdre l’équilibre. Mon ennemi prit une seringue et demanda à son collègue de venir l’aider à m’immobiliser. Celui-ci s’approcha et appliqua une pression sur mes épaules, me fixant au sol, pendant que l’autre approchait une seringue de mon cou. Je me débattais et donnais des coups de pieds, sans arriver à me dégager. Je sentis l’aiguille rentrer dans mon cou, puis se retirer.


Bon ça devrait la calmer. Aller aide moi à la replacer sur la table d’opération.


Je sentais qu’on me soulevait et qu’on liait mes poignets à l’aide d’une solide corde. J’étais entrain de m’endormir, mais il me restait un espoir de survivre, La jeune femme, personne ne s’occupait d’elle. Puis les scientifiques avaient prévue me tuer le lendemain, en espérant qu'ils n'avaient pas changés leur plan
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Lun 30 Mar - 16:47

Cette fille n’a pas réussi à s’en sortir. C’était un peu normal contre deux de ses hommes, ils semblaient très forts. Je voulais me sauver, mais d’un autre côté, je ne voulais pas qu’elle se fasse ouvrir. Un frisson me parcouru le dos en pensant qu’il pourrait faire de même avec moi. J’avais besoin d’un allié. Je me créai donc huit clones. Je mis K.O les deux scientifiques en quelques secondes. Je fis ensuite disparaître mes clones. Akamaro jappa en me montrant la grille. Il avait raison, je ne pouvais pas transporter la jeune femme, c’était trop dangereux et elle était trop lourde pour moi. Grimpant sur la table, je la cachai dans la grille d’évaporation, puis je me hissais à l’intérieur à mon tour. J’entendis quelqu’un venir, aux travers du grillage, j’aperçus une jeune femme aux cheveux blonds et yeux bleus. À la vue de ses camarades que je n’avais pas ramassés, elle cria. Elle prit ensuite le pouls de chacun puis se dirigea à l’extérieur. Je pouvais la voir puisqu’elle tenait la porte grande ouverte. Elle pesa sur un bouton près de la porte tout en demandant de l’aide.

<< J’ai besoin de renfort à l’étage six, chambre 607, la volonté que nous avons identifié comme étant la volonté de la téléportation s’est enfuie. Deux hommes sont à terre, non attendez trois, je viens de voir des pieds dépassant une poubelle. Oh mon dieu! Ils semblent toujours en vie, mais dépêché vous, je vous en supplie. >>

Elle relâcha le bouton et regarda autour d’elle avant de partir à la course. Elle semblait effrayée. J’étais rendu à onze clones en moins de 24h. Lorsque j’atteins 100 clones, je suis fatigué, à 150 je ne peux plus bouger et à 153 je tombe inconsciente. Je devais me réservé un bon nombre de clones au cas où… Je ne voulais pas être de nouveau enfermé. Trainant la jeune femme dans cet endroit métallique, je remarquais rapidement un problème. J’avais eu raison, c’était moins fatiguant, mais cela fessait trop de bruit. Je ne pouvais pas continuer comme cela sans nous faire remarquer. Nous étions assez loin de sa chambre pour qu’elle soit en sécurité. Je reviendrais plus tard voir si elle s’est réveillée, en attendant, je vais explorer. Akamaro dans mon polor, je me mis à marcher à quatre pattes dans ce tunnel métallique. Après environ une heure, j’entendis du bruit. Suivant le son, je pus apercevoir aux travers d’un grillage un scientifique parlant à un jeune homme.

<< Répond à toutes mes questions et nous te tuerons pas. As-tu peur de tes pouvoirs ? Jusqu’à combien peux-tu refroidir la température ? As-tu froid quand cela arrive ? Ressens-tu la température ? Sais-tu te battre ? Connais-tu d’autres volontés ? Qui est ton contraire ? Fais-tu partis de la résistance ? As-tu de la famille ? >>

<< Je n’en ai pas peur, je les aime. Jusqu’à -300 degré Celsius. Non, je ne ressens que la chaleur. Oui, je suis même un assez bon combattant. À peine, seulement celles dans les bars. Je ne l’ai pas encore rencontré. Non, je travaille seul. Ils sont tous mort. >>

La volonté du froid… Combien étions-nous ici ? Le scientifique s’en alla laissant le jeune homme attaché après la table, une table solidement attaché au plancher. J’en avais vue assez, je fis marche arrière pour retourner voir la jeune femme. Je me serais perdu sans Akamaro, il utilisait son flair pour retrouver le bon chemin. Je me sentais stupide puisque je n’y avais même pas pensé. Lorsque j’aperçus la jeune femme, elle était réveillée. Je lui chuchotais ma découverte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Lun 30 Mar - 18:40

*Rêve : Tout était glacé autour de moi. Dans cette matière dure et froide je ne voyais pas mon reflet, mais des courts moments de ma vie. Mon anniversaire de 9 ans, le premier objet que j’ai forgée, la journée où j’ai rouverte la joaillerie de mon père et j’en passe. Tous les moments que j’avais en mémoires se déroulaient devant moi.*

J’ai ouvert les yeux un à la fois. Je me trouvais dans un tunnel, un tunnel métallique. Est-ce que la jeune femme nous avait sorti du laboratoire? Cela m’étonnerait. Je me suis levée et me suis mise à chercher mon allier, dans le noir. Celle-ci venait d’explorer les conduits. Nous étions encore dans le laboratoire, et nous n’étions pas les seuls. Selon ce que ma nouvelle amie m’a dit, la volonté du froid était retenue ici, elle aussi. Plusieurs questions me tourmentaient, combien sommes-nous? Quand retrouverais-je mes pouvoirs? Mon amie était la volonté de quoi? Et, surtout, comment allons-nous faire pour sortir d’ici? Je me suis mise à réfléchir à toute vitesse. Comme nous n’étions plus dans nos chambres, les scientifiques devaient déjà être à notre recherche, ce qui signifiait que le temps nous était compté. J’ai donc, choisi une direction au hasard en souhaitant tomber par chance sur une sortie. De toute façon il y avait aucun risque que l’on arrive face à face avec un scientifique. Ils ne vont quand même pas nous chercher ici! Pas vrai?

Viens! Allons voir par-là!


Je me suis mise à marcher à quatre pattes, sans vérifier si la jeune femme me suivait. Je suis arrivée à un grillage qui donnait sur un couloir, où s’activait une équipe de scientifique sans doute à notre recherche. Ils étaient six. L’un d’eux était plus grand que les autres, il avait les sourcils froncés et les bras croisés.

Elles ne doivent pas être très loin toute les sortie possibles sont verrouillées à double tours. Quand nous les aurons trouvée, ne les endormez pas, il faudrait les interrogés. Je me chargerai de l’une d’entre elle.


Je compris à son attitude et à son ton qu’il était découragé. Bon, ça suffisait comme ça. J’ai tourné la tête pour voir si mon amie m’avait suivi c’était le cas. Je lui fis signe que nous devrions poursuivre notre chemin. J’étais si curieuse au sujet des autres prisonniers. Qui sait? Peut-être pourraient-ils nous aider! Je me suis avancée. Le grillage à travers lequel j’avais vue l’équipe de scientifiques et sur lequel je me tenais à ce moment-là, était mal vissé. Coup de malchance, je suis tombée, me retrouvant en un instant encerclé. Un sourire se dessina sur les lèvres de celui qui avait soudain reprit courage.

Et de une! Aller je vais la conduire à sa chambre. Essayez de trouver l’autre, et surtout bloquer les passages pour les conduits.


Il me passa les menottes, me releva et entreprit de m’emmener à la salle. J’essayais de lui rendre la tâche difficile, mais j’étais beaucoup moins forte que lui. Malgré tous mes efforts, le scientifique ma conduit sans trop de difficulté jusqu’à ma chambre. Il a ouvert la porte, l’a refermé derrière nous, m’a attachée à la table d’opération et a tiré une chaise sur laquelle il s’est assis. Il me faisait désormais face. Je pouvais lire en lui comme dans un livre ouvert. J’étais très bonne pour savoir comment se sente les gens ou bien à quoi il pense. Cet homme était confiant et très s’satisfait qu’on m’ai retrouvée. Il essayait de se montrer intimidant, surtout quand il me dit :

Alors mademoiselle je vous conseille de collaborer. Nous avons prévue vous opérer uniquement demain ce serait dommage de devoir avancer ce projet, n’est-ce pas?

Comme seule réponse il eut une tentative de coup de pied et un regard meurtrier.

Je vois! Bon commençons. Qu’elles sont les limites de ton pouvoir?


Je dus me résoudre à collaborer, je n’avais pas le choix.
Je peux téléporter toute personne et objets se trouvant à dix km ou moins de moi, mais un à la fois et il faut que je sache où il est.

Fais-tu partis de la résistance ?

Non!

Que sais-tu de la jeune sauvage? Vous étiez ensemble non?

Il était satisfait de sa question. Il pensait tenir une piste. Je réfléchi un instant puis je dis :

Je ne sais pas grand-chose d’elle, mais comment saviez-vous qu’on était toute les deux dans cette pièce?

Les caméras! Il en a partout ici, sauf dans les conduits. Dis ce que tu sais.

J’ai poussé un long soupir.

Mais puisque que je vous dis que je ne sais rien d’elle! Sauf peut-être qu’elle tient beaucoup à un jeune louveteau.

Où est-elle maintenant?

J’ai plongé mon regard dans le sien et je me suis appliquée pour que mon mensonge soit crédible.

Avant que je tombe, elle m’a dit qu’elle allait retourner à sa chambre que personne ne penserait à la chercher là.

Vilaine petite menteuse! Ton amie est bien plus rusé que cela et elle doit chercher à te sauver en ce moment.

Il haussa le ton, impatient.

Où est-elle?

J’ai réessayée de lui donner un coup de pied, et je l’ai ratée, encore une fois. L’interrogatoire était terminé, j’en avais décidée ainsi et personne ne m’obligerais à trahir mon amie, de toute façon je ne sais pas où elle est, je lui et quand même pas mit un GPS. Il me donna un coup au visage et répéta sa question encore et encore jusqu’à ce que je ne résiste plus.

Selon moi elle est restée dans les conduits.

Parfait, nous avons terminé, profite bien de ta dernière journée.

Il avait replacé la chaise et se dirigeait vers la porte.

Attendez! Pourquoi voulez-vous nous ouvrir? Nous sommes comme toute les volontés ce n’est pas la peine de nous tuer pour le savoir!

Il me considéra du regard puis quitta la pièce, me laissant seule et effrayée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 31 Mar - 16:52

Je n’en revenais pas, la trappe avait lâchée et la volonté était tombée de nouveau entre les griffes de ce monstre… Je me sauvai, je ne pouvais pas l’aider. Akamaro m’emmena vers un autre grillage ou j’entendis une conversation entre la jeune femme et un scientifique. Elle m’a dénoncé ! Elle a dit exactement ou je me trouvais ! Je fus si surprise que ma tête heurta le haut du grillage. Personne ne sembla m’entendre. Je continuais de suivre l’homme qui venait de sortir. Je marchais des les tunnels. Il se mit à peser sur l’étrange bouton et demanda de commencer le nettoyage pour l’aération. Quelques secondes plus tard, une fumée toxique m’entourait. Je me mis à tousser abondamment. L’homme se mit à rire. Il avait deviné ma position ! Je le vis s’approcher de moi en riant. Je ne pouvais plus bouger, mes muscles étaient comme paralyser. C’était quoi ce bordel ? Akamaro se sauva de mon polor en cachette dès que nous fûmes sortis de ce gaz.

<< Maudit cabot ! Je m’occuperais de toi plus tard ! >>

Retrouvant mes fonctions, je me mis à me débattre de toutes mes forces. Je faillit réussir à me sauver en lui donnant un coup de tête, mais il me rattrapa par les épaules et me fit tomber par terre. Il m’attacha avec des menottes. Il n’avait pas seulement attaché mes mains, mes pieds l’étaient aussi. Lorsqu’il me releva je lui crachais dans le visage. En fessant cela je pus voir qu’il avait la bouche en sang. Je l’avais bien touché avec mon coup de tête.

<< Tu vas me payer tout cela jeune fille, mais avant on va jouer à un jeu…>>

Il m’emmena dans une salle et accrocha mes menottes contre une table. Il m’expliqua que son jeu était simple, je lui répondais ou il tuait la volonté de la téléportation. Celle que j’avais sauvée sans doute. Je me fichais d’elle, c’était chacun pour soi maintenant, elle ne m’avait pas protégé. Pourquoi ferais-je le contraire ? C’était une des raisons pour laquelle j’aimais que les loups, ils sont fidèles eux… Voyant que je me fichais complétement du sort de la volonté, il changea de tactique.

<< Je vais te couper un doigt à chaque fois que tu ne réponds pas !>>


Une boule se forma dans ma gorge. Je finis par capituler, mais je ne lui dirais pas toute la vérité. J’espérais tant qu’Akamaro soit sain et sauf…

<< Bon, quel est ton nom ? >>

<< Sera. >>

<< Tu es humaine ? >>

<< Non, j’ai des pouvoirs.>>

<< Une volonté de quoi ? >>

<< Des loups ! Ça se voit non ?! >>

<< Oui… Quel est l’étendu de ton pouvoir ? >>

<< Je peux parler aux loups et leurs donner des ordres >>

<< Connais-tu d’autre volonté ?>>

<< Non, j’habite seule avec ma meute dans la forêt. >>

<< C’est bon pour l’instant, le détecteur de mensonge ne semble rien détecter. >>


Il sortit sans même me regarder. Environ une heure plus tard, la porte s’ouvrit. Une jeune femme m’avait apporté un sandwich. Je lui demandais de me détacher pour manger, mais elle refusa. Je me mis donc à manger avec l’aide de la bouche seulement, comme les loups. Elle sorti dégoutée.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 31 Mar - 21:02

Ca faisait un moment que j’étais seule dans cette pièce quand j’ai réalisé que personne ne m’avait empoisonné de cendre de phénix depuis un bon moment, je pouvais donc me téléporter et chercher mon amie. Je souris, ferma les yeux et me téléporta dans le couloir pour commencer mes recherches. Je devais faire vite car les caméras avaient surement déjà transmises les images de ma fuite aux scientifiques. Mais, quelle idée aussi de laisser ses pouvoirs à la volonté de la téléportation. Si je ne devais pas aider mon amie je me serais déjà sauvée, je serais loin, en sécurité et impossible à rattraper, bon ok j’exagère un peu, mais n’empêche je ne saurais pas ici à me balader dans les couloirs d’un laboratoire. Tout à coup une alarme à retentit et les porte se sont de nouveaux verrouillée. J’avais presque envie de rigoler, mais ce n’était pas le moment. Ils croyaient vraiment m’empêcher de circuler seulement en verrouillant les portes? En tournant à l’intersection de deux couloirs je me suis arrêter et me suis cachée derrière le coin. Des scientifiques ainsi qu’une jeune femme aux cheveux rouges feux se tenaient devant une porte. Je suppose que les scientifiques ont voulus l’enfermer, mais ont été surpris par l’alarme et piégés à l’extérieur jusqu’à ce qu’on m’ai retrouvé. Pourquoi ne l’avaient-ils pas endormie elle aussi? N’était-elle pas capable de se défendre? La jeune femme semblait vouloir se débattre, mais ça semblait compliquer de le faire puisqu’elle était retenu par trois scientifiques assez costaud, un aurait suffi à me contrôler moi-même alors trois. Surtout qu’elle paraissait plus faible que moi et empoisonnée de cendre de phénix. Soudain une voix retenti derrière moi.


Elle est là attraper la!!!

Cette courte phrase avait suffi pour attirer l’attention des trois scientifiques et de la jeune femme que j’observais. Deux de ceux qui s’occupaient de la jeune rousse se sont mis à me pourchasser aidé par celui qui m’avait repéré le premier et de son collègue. Bref, ils étaient cinq. La jeune femme me supplia de l’aider, mais je ne pouvais pas je devais partir, trouver la jeune sauvage, comme mes ennemis l’appelaient et partir d’ici au plus vite. Alors que je regardais la jeune femme en ne sachant pas trop quoi faire l’un de mes ennemi sorti un fusil à somnifère et je reçu la flèche dans le bas du dos. Je me suis endormie presque aussitôt. La dernière chose que je vis avant de sombrer dans un profond sommeil sans rêves fut des scientifiques qui s’approchaient de moi un sourire aux lèvres.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 108
Date d'inscription : 13/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Guérison et pousse de plante
Âge: 16 ans
Titre: Volonté du Printemps, rang quatre
avatar
Zalaée Larochelle
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 31 Mar - 21:06

Cette journée-là j’étais sortie peu après le diner. Je me promenais dans la forêt hantée et me suis aventuré un peu plus proche de la ville que j’aurais due. Une chasseuse m’avait vue. Elle avait les cheveux blonds avec les pointes mauves et ses yeux étaient verts, vert olive.  J’ai tourné les talons pour fuir et j’ai reçu un filet. Quelqu’un était derrière moi et m’avait capturé à l’aide d’un filet. Ce quelqu’un, c’était un homme. Il avait les cheveux roux, quelques taches de rousseur au visage et les yeux bleus. À travers le filet il me fit une coupure à l’épaule droite à l’aide de la lame d’une épée trempée de cendre de phénix. La jeune femme avança et dit à son collègue :

Je t’avais bien dis qu’on aurait dut apporter du somnifère, mais tu ne m’as pas écouté on fait quoi maintenant?


 Calme-toi! Elle ne semble pas bien dangereuse cette volonté du printemps. On a qu’à la retenir.


Et si elle se sauve? Je te rappelle qu’elle représente beaucoup d’argent.



Mais puisque je te dis qu’elle ne ferait pas de mal à une mouche. De plus elle n’a pas ses pouvoirs.

Tu ne la connais pas tu ne peux pas savoir.

Toi tu la connais peut-être?!

Pendant que mes ennemis se disputaient, j’ai pu sortir mon poignard et j’ai commencé à trancher les mailles du filet qui me retenait prisonnière. J’ai réussi à faire un assez grand trou. Je me suis faufilée et j’ai couru le plus vite que je pouvais. Bien sur les chasseurs s’en s’ont rendu compte et se sont lancés à ma suite. Sans mes pouvoirs je n’avais pas une grande partie de mes défenses et puis j’avais laissé mon arc chez moi. Je n’avais pas prévue devoir semer deux chasseurs aujourd’hui. Visiblement, on ne peut pas se promener calmement ici, quand on est une volonté. J’ai regardée derrière moi tout en continuant de courir. Personne! Ils n’étaient plus là. Je me suis arrêtée et me suis assise pour reprendre mon souffle. Erreur! Je n’aurais pas dus faire cela. Mes deux poursuivants m’ont rattrapé. L’homme saisi mon bras et me leva de force. J’ai dus me laisser guider jusqu’à une vielle bâtisse, elle n’était pas très grande. Nous sommes rentrés et trois hommes en sarrau blanc nous attendaient. Ils ont donnés de l’argent aux chasseurs, qui sont partis par la suite, me laissant là. Un des trois hommes qui me faisaient face se mit à me parler doucement, sa voix était rassurante :

Bonjour mademoiselle. Votre nom s’il vous plait!

Zalaée

Je ne me doutais de rien à ce moment-là, et ils le savaient. Je ne me sentais pas en danger même si d’habitude les gens qui payent pour nous faire enlever nous veulent du mal.

Et bien Zalaée, nous sommes des scientifiques et nous vous avons fait venir ici pour que vous nous aidiez à mener à bien des études sur les volontés. Venez, je vais vous montrer votre chambre.

Et quand ces études seront finies je retournerai chez moi?

Et bien… Eh…

Un autre scientifiques le regarda sévèrement et prit la parole.

Bien sûr mademoiselle. Venez maintenant.

J’ai commencée à douter, mais bon la porte était barrée et qu’est-ce qu’ils pouvaient bien me faire, ils ne sont pas des chasseurs après tout. Nous avons progressés dans des couloirs. Sur les murs de chaque chambre il y avait une fenêtre, on pouvait voir les volontés. Dans la première par laquelle  j’ai pris le temps de regarder il y avait une jeune femme aux cheveux long et blond presque blancs. L’un des scientifiques me demanda de poursuivre mon chemin. Je me remis à avancer. Tout allait bien, je coopérais, jusqu’à ce que nous sommes arrivés à ma chambre et qu’une alarme retentisse. Les portes se sont barricadée et dans les espèces de micros que portaient les trois hommes qui m’accompagnaient une voix retentie :

La volonté de la téléportation est en fuite. Je répète la volonté de la téléportation est en fuite.

J’ai regardé le scientifique qui m’avais demandé mon nom et le questionna.


Qu’est-ce qui ce passe? Pourquoi fuit-elle?

Il allait me répondre quelque chose, Mais je ne lui laissais pas le temps. J’avais compris, les volontés, ici étaient prisonnières. De toute façon qui voudrait aider à des études sur leurs pouvoirs? Il n’y avait que moi pour croire à des mensonges pareils. J’avais voulu fuir, moi aussi, mais l’un d’eux me retenait. Il était plus fort que moi. Soudain une voix retentit :

Elle est là attraper là!!!

J’ai tourné la tête en même temps que les scientifiques qui me retenaient. Deux d’entre eux me lâchèrent pour essayer d’attraper une jeune femme. Sans doute la volonté de la téléportation.  Je me suis mise à supplier la jeune femme de m’aider. Je l’avais déconcentrée, je n’aurais pas dû lui parler. Les scientifiques ont réussi à l’endormir. L’alarme à cesser les portes se sont déverrouillée et le scientifique qui me retenait a ouvert la porte de ma chambre. Il m’a poussé à l’intérieur de cette salle et a refermé la porte. J’ai cherché la fenêtre des yeux sans la trouver. À sa place il y avait un miroir.


Dernière édition par Zalaée Larochelle le Sam 4 Avr - 13:17, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mer 1 Avr - 19:29

La jeune femme revena environ une heure plus tard pour reprendre l’assiette. Je lui demandais l’heure. Elle me regarda étrangement, hésita, puis me réponda qu’il était 6h du matin. Je n’en croyais pas mes oreilles! J’étais donc complètement perdu… Je devais sortir d’ici. Dès que la femme fut sortie, je me mis à me débattre comme un tigre enragé, pourtant tout ce que je réussis à faire, fus de me faire saigner. J’avais des cercles rouges autour des poignets et des chevilles maintenant. J'étais furieuse! Je déteste être attaché! Je vais tous les tuer! Les faire souffrir! Akamaro me manquait tant… Je finis par m’endormir épuisé.

*RÊVE : J’étais un loup. Je pourchassais un lièvre dans la forêt, il était très rapide, mais j’étais futé. Ma fourrure blanche ne m’aidait pas à passer inaperçu, mais cette couleur étrange dans cette région fessait peur à plusieurs. Pendant ma course, j’aimais sentir le vent m’attaquer, l’adrénaline couler dans mes veines, l’odeur du sang pompant dans le petit cœur de ma proie, la terre s’écraser sous mes pattes, le sentiment de puissance, etc. Je finis par croquer l’animal à pleine dents, un son aigu s’échappa de sa gorge, puis il fût mort.*

Je me réveillais en me fessant tiré par les cheveux. Cela fessait très mal. Regardant celui qui me fessait cela, je remarquais que c’était mon bourreau. Il riait, il m’expliquait qu’il avait décidé de me garder en vie si je les aidais. Cela était un bon moyen pour rester en vie et en apprendre plus sur eux avant d’appliquer ma vengeance,  mais je ne voulais pas qu’il arrive quelque chose à mon chien.

<< Et mon loup ? >>

<< On ne l’a pas retrouvé, mais je vous promets que nous n’allons pas le blesser. >>


Je ne le croyais pas totalement, mais je voulais profiter de cette chance. J’acceptai. Il me délivra les jambes, mais pas les poignets. Il m’expliqua qu’il devait garder des mesures de sécurité avant de me détacher les mains. En route, j'entendis une alarme, mais je fis comme si rien n'était. Je devais garder ma couverture. Il m’amena dans une salle remplit de ces boites noires qu’ils appellent télévision. Elles possédaient des couleurs, celles que j’avais vues dans le passé étaient en noir et blanc. On pouvait y voir plusieurs salles, les dix télévisions changeait d’écrans toutes les deux secondes. Mon bourreau m’expliqua que les ‘‘ordinateurs’’ montraient les images filmés par les ‘‘caméra’’ et qu’il pouvait voir tout. Il a dit qu’ils avaient des yeux partout. Je ne comprenais pas grand-chose de ce qu’il me disait, mais ce fut assez pour me faire froid dans le dos. J’avais appris quelque chose de nouveau; les boites en noir et blanc étaient appelés télévisions et celle en couleurs ordinateurs. C’était bon à savoir. L’homme m’obligea à rentrer dans une salle seule où était assis un homme habillé chic. La salle était immense, il y avait un aquarium géant qui fessait tous les murs, il y avait un bureau, deux chaises en face de celui-ci, un homme assit de l’autre bord et un classeur barré à clef un peu plus loin.

<< Je suis le président de ce lieu, je vous en prie assoyez-vous nous devons parler. >>


Dernière édition par Serafina Wolfe le Ven 3 Avr - 12:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Jeu 2 Avr - 21:56

J’étais de retour dans ma cellule, de retour à la case départ. Le pire dans tout ça c’est que je ne savais pas combien de temps il me restait.  En plus, mes mains étaient attachées, mes pieds aussi et une lettre sur la table m’était destinée. Elle était suffisamment proche de moi pour que j’en fasse la lecture et elle contenait de quoi me dissuader de me téléporter.

Mademoiselle,

Nous avons reconsidéré votre cas et si vous vous téléporter une autre fois, vous ainsi que votre amie la volonté des loups serez tuée sur le champ. Dans le cas contraire nous vous laisserons la vie sauve, à tous les deux.


Donc, la jeune femme était la volonté des loups? J’avais un peu de difficulté à croire cette lettre, surtout la dernière phrase. Mes ennemis semblaient vraiment tenir à leur étude. Par contre je ne voulais pas prendre de chance, donc je resterai tranquille, pour le moment du moins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 32

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard / Sabre
Âge: 20 ans
Titre: Le Bad boy / Volonté de rang 3
avatar
Mathias Ogawa
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Ven 3 Avr - 12:23

Je courrais à vive allure, plusieurs me regardait étrangement. Peut-être à cause de mon look ? Je ne devais pas avoir le style vestimentaire approprié pour la haute société, mais je m’en fichais. Une seule chose comptais ; ma mission. Mallia m’avait donné que quelques informations, mais je devais réussir.

*FLASHBACK : << Un de nos hommes s’est fait attraper par des chasseurs. Un espion nous as informé qu’il était fait prisonnier à l’intérieur d’un laboratoire scientifique. Votre mission ; vous  devez vous rendre au Quartier Sud et sauver notre soldat. Il s’appelle Lepez et il est la volonté du froid. Voici son dossier. Selon ma source, ce n’est pas la seule volonté en danger, je vous demande donc, d’en sauver le maximum. Et s’il vous plait Mathias, fait équipe avec Gégo, il ne peut que t’aider… >> *

Me rappelant de ça, je me mis à rire intérieurement. Il n’était même pas capable de suivre mon rythme… Ce garçon ne fessait que parler, il cassait les oreilles à tout le monde. Pour ma part, je peux l’endurer, mais je ne veux pas être sa nounou. Mallia n’avait qu’à demander de l’aide à une fille pour s’en débarrasser, moi ce ne m’intéresse pas. Il était surement retourner voir Mallia et en ce moment même, il devait être en train de bouder. Pourquoi Mallia m’avait-elle fait un coup si bas ? Mon questionnement s’arrêta lorsque j’aperçus une vielle bâtisse. C’était ça leur repère ? Une vieille petite bâtisse entre deux magasins ultra moderne. Lepez, tu me déçois… J’aperçu un homme sortir, il portait un sarrau blanc. J’attendis qu’il soit en face de ma ruelle pour le tirer par le bras et lui donner un coup derrière la tête avec une brique. Il gisait maintenant au sol inconscient. Je m’habillais avec son sarrau, puis me dirigeait vers la bâtisse. Une jeune femme m’arrêta.

<< Où est-on badge ? >>

<< Désolé ma belle, mais je l’ai oublié dans mon bureau. Que dirais-tu que j’aille le chercher et que je te le ramène ? En échange, je t’amènerais boire un verre. C’est moi qui te l’offre. >>


Un sourire nerveux se dessina sur ses lèvres. Elle me fit signe de oui avec la tête, puis me laissa passer. J’arrivais dans la deuxième pièce. Dans cette bâtisse, il ne semblait avoir que deux pièces, mais cela était impossible. J’utilisais mon pouvoir de rayon-x et regarda les murs. Je découvris un ascenseur dans la cheminée. J’entrai dans celle-ci, devant moi, à ma droite, ce tenait une barre à bouton. Je devais trouver un code de quatre chiffres. J’utilisais ma vision thermique et je pus voir que trois boutons était encore chauds. Observant les chiffres sous ceux-ci j’essayai de deviner le code. Je pesai premièrement sur le 5, puis le deux, encore le deux et finalement le 6. Une lumière verte s'alluma et l’ascenseur descendit à vive allure. J’avais eu raison au premier coup, le code était ‘‘LABO’’. Était-ce normal que nous descendions si vite? L’ascenseur s’arrêta enfin après environ quarante-cinq minutes. À en juger par la vitesse et le temps que cela avait pris, nous devions être profondément sous terre. La porte s’ouvrit sur un couloir blanc, plusieurs gardes y étaient. Près d’une cinquantaine, tous armées. Dès qu’ils me virent, ils voulurent voir mon badge. Je leurs expliquais la même histoire qu’à la jeune femme, mais ils ne me crurent pas. Sept gardes s’approchèrent de moi et me tirèrent dessus. Sérieux sept ? Je m’endormis par la suite en sentant le béton me frapper la tête…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t61-volonte-du-regard-le-bad-boy
Messages : 108
Date d'inscription : 13/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Guérison et pousse de plante
Âge: 16 ans
Titre: Volonté du Printemps, rang quatre
avatar
Zalaée Larochelle
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Sam 4 Avr - 14:28

L’alarme avait cessée et les portes n’étaient plus blindées, par contre je n’arrivais pas à l’ouvrir. J’étais piégée et je devais vraiment m’échapper. J’ai cherché une fenêtre par laquelle je pourrais fuir, la seule que j’ai trouvée c’est le miroir. Mais, quelque chose me persuadait que si je le brisais j’allais le regretter. C’est peut-être le fait que si le miroir représentait le moindre risque de fuite les scientifiques ne l’auraient pas mis. J’étais un peu découragée, je me suis adossée au mur et me suis mise à réfléchir. J’étais la volonté du printemps je pouvais faire pousser des plante et j’étais sous terre. Alors la meilleure solution était d’attendre de retrouver mon pouvoir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Sam 4 Avr - 15:06

Je m’assis sur le siège et je me mis à l’écouter. Après seulement deux minutes, ma tête était déjà ailleurs. J’étais incapable de me concentrer sur ses mots. C’était si… Ennuyant. Il me parlait qu’il lui manquait des gardes puissants pour le protégé de volonté vengeresse et puisque j’étais une volonté ‘‘inutile’’. Oui, il a bien dit inutile! Il voulait que je devienne une garde. Son plan était de créer des humains ayant plusieurs pouvoirs appartenant à des volontés. Dès que le président commença à m’expliquer l’intérieur de nos cellules et la différence de notre noyau dans celle-ci, je lâchais prise. Je ne comprenais presque rien de toute manière. Une seule chose m’importait ; Akamaro. Nous n’avions jamais été séparés de très loin. J’espérais qu’il n’était pas trop loin. Le président se mit à claquer des doigts. Je le regardais. Il me demanda si je l’écoutais. Je ne lui répondis pas. Il soupira et demanda à un certain Goliath de venir me chercher. C’était celui qui m’avais apporté ici, je savais maintenant son nom. Il m’apporta dans une autre salle. Remplit de scientifique. On m’installa sur une chaise. Je capitulais pour garder ma couverture, mais j’étais à deux doigts de craquer. Je me mis tout de même à grogner. C’était naturel chez moi. Une femme s’approcha de moi pour m’attacher à la chaise, c’est là que j’explosai. Je me mis à crier et à me débattre. Un scientifique cria à la femme d’oublier le sédatif et de me donner la puce tout de suite. Je lançais la chaise sur l’homme pour qu’il se taise. La femme s’agenouilla sur le sol et me demanda de me calmer. Je ne bougeais plus, mais j’étais enragé. Je me mis à hurler, puis la grille au-dessus de moi s’ouvrit et Akamaro tomba dans mes bras. Je reçu par la suite une fléchette, je ne compris pas exactement ce que c’était. J’avançais vers la femme pour lui faire sa fête, mais mon surveillant m’attrapa le bras et me dit d’écouter. Le multi-vox, comme l’appelait Goliath, se mit à parler.

<< Amenez tous les sujets ici nommé dans la grande salle D ; Abygaelle, Zalaée, Lepez, Mathias et Serafina. Nous allons commencé l’étape deux. >>


Goliath me dit de le suivre. En chemin je l’entendis s’excuser de faire cela, mais qui ne pouvait pas me laisser savoir ou cette salle se trouvait. Je reçu une piqure dans le dos et Akamaro se jeta au sol. Lorsque je me réveillai j’étais dans une espèce de boule verte flash. Akamaro me lichais le visage pour me réveiller. Les autres étaient au tour de moi. Je me levais et me mis à foncer de toute mes forces sur cette boule. Quelqu’un me percuta et je tombais par terre.

<< N’y touche surtout pas petite, c’est un acide très puissant. Il désintégrerait tes petites fesses en moins d’une seconde… Mon nom est Mathias. >>


Je le remerciais puis retournais m’asseoir en cercle avec le groupe. Pourquoi étions-nous ici ? Mathias nous expliqua que nous dormions tous quand on nous y placé, mais que lui, il a pu voir ce qu’il y avait dehors. Il y avait des personnes avec des masques et ils accomplissaient un rituel. Comme dans une secte. Comment allons-nous sortir d’ici ? Un certain Lepez, nous expliqua que même s’il refroidissait la substance au maximum, ses propriétés ne changeaient pas. Celui qui contrôlait notre prison était donc une volonté… Mathias nous affirma que c’était une boule complète et que sous le plancher se trouvait le reste. Akamaro se mit à japper. Il avait raison, ce n’était pas la première fois que je voyais un mélange tel quel. J’expliquais à mes compagnons ce qui c’était passé avec le mélange que j’avais utilisé pour faire fondre le mur et m’évader. Lepez proposa que l’on se dise nos noms. Nous étions bien les cinq qui avait été appelé. Je me demandais comment nous pouvions sortir d’ici… Je regardais Abygaelle, mais celle-ci semblait hypnotiser par Mathias. Qu’avait-elle ? Ce certain Mathias était trop bizarre… Zalaée n’avait pas encore parlé… Qui était-elle ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 7 Avr - 11:54

Il n’y avait eu qu’une seule personne qui était venu me voir depuis que j’avais lu la lettre. Celle-ci était venue me porter à manger. Après avoir mangé je me suis mise à réfléchir pendant ce qi me sembla des heures. Où pouvait bien être la volonté des loups à l’heure qu’il est? Tout d’un coup, comme pour me répondre, une voix dans le multi-vox dicta :

Amenez tous les sujets ici nommé dans la grande salle D ; Abygaelle, Zalaée, Lepez, Mathias et Serafina. Nous allons commencer l’étape deux.

Qu’elle était l’étape deux? Qu’est-ce qui allait m’arriver? Qu’est-ce qui allait nous arriver? La porte s’ouvrit, interrompant immédiatement mes pensées. Une femme avançait vers moi, elle tenait une seringue. J’ai repensée à la lettre, on m’interdisait de me téléporter, mais pas de téléporter un objet. La femme me dit comme si elle lisait dans mes pensées :

Non, mademoiselle. Ce n’est pas une bonne idée ça! Tenez-vous tranquille ça ne fera pas mal.

Décidément je n’étais pas la seule à être douée pour déchiffrer les émotions des autres. Je me suis laissé faire. Je n’avais pas vraiment le choix. J’ai ressentis un léger pincement et je me suis endormi.


*Rêve : Tout était blanc. Du plafond au planché. Moi-même j’étais de cette couleur. Les rares gens que je croisais l’étaient aussi. Le décor me faisait étrangement penser au laboratoire, mais je n’y étais plus. Je m’étais téléporté au hasard et j’étais apparue ici. Oh je n’avais pas laissée tomber la volonté des loups, elle avait réussi à se sauver. Nous étions maintenant chacun de notre côté en sécurité.*


Lorsque je me réveillais j’étais dans une espèce de sphère verte flash. Il y avait quatre personnes avec moi là-dedans, une d’entre nous dormait encore et son loup la lichait au visage. Celle-ci se réveilla sans que je m’en aperçoive immédiatement. J’étais occupée à regarder un jeune homme. Il avait les cheveux bruns et des yeux verts qui m’hypnotisaient. Il était vraiment beau. J’étais en plein rêve, mes yeux fixés sur lui. Soudain une phrase me sorti de mes pensées.

N’y touche surtout pas petite, c’est un acide très puissant. Il désintégrerait tes petites fesses en moins d’une seconde… Mon nom est Mathias.


La volonté des loups s’était levée et avait voulu foncer dans la sphère. Heureusement Mathias l’avait percutée pour la protéger. Ce geste héroïque ne fit qu’augmenter mon admiration pour lui. Une fois que tout le monde fut assis ensemble, Mathias nous expliqua que nous dormions tous quand on nous y a placé, mais que lui, il a pu voir ce qu’il y avait dehors. Il y avait des personnes avec des masques et ils accomplissaient un rituel. Un certain Lepez, prit la parole. Il nous expliqua que même s’il refroidissait la substance au maximum, ses propriétés ne changeaient pas. Oh, c’était la volonté du froid. J’écoutais tout ce qui se disait même si mes yeux étaient posés en permanences sur Mathias. Le jeune homme aux yeux verts, nous affirma que c’était une boule complète et que sous le plancher se trouvait le reste. La volonté des loups expliqua, ce qui c’était passé avec le mélange qu’elle avait utilisé pour faire fondre le mur et s’évader. Lepez proposa que l’on se dise nos noms. Autour de moi, tout le monde se mit à se présenter, tout le monde sauf moi. Je ne réfléchissais plus du tout et pourtant j’étais l’une des seule qui possédait le moyen de nous sortir de là. Avec ma téléportation j’aurais pu proposer à tous mes compagnons de les faire sortir de là, mais non, je ne le fit pas, je n’y ai même pas pensée. J’entendis la jeune rousse dire timidement :

Ce n’est pas toi la volonté de la téléportation par hasard?

Tout le monde s’est tourné vers moi. Mes yeux ont enfin quittés Mathias pour se poser sur la jeune fille rousse.

Eh, oui… C’est moi… Mais… Eh

Je m’étais mise à bégayer et j’étais toute rouge. Voulez-vous bien me dire ce qui m’arrivait? Moi, la fille sociale, qui ne bégaye jamais.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 32

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard / Sabre
Âge: 20 ans
Titre: Le Bad boy / Volonté de rang 3
avatar
Mathias Ogawa
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 7 Avr - 17:35

Je venais de sauver cette fille avec son chien. Je leurs parlais maintenant pour trouver un moyen de sortir d’ici. Je leurs avaient pourtant mentit. Je dormais moi aussi, je peux voir au travers du plancher. Je ne voulais pas leurs révéler mon pouvoir, j’ai donc menti. Au travers de l’acide, je pouvais voir cinq personnes portant un masque, ils fessaient une espèce de dance affreuse. Que ce passait-il ? Nous devions sortir d’ici au plus vite. Mais comment ? Nous ne pouvions pas creuser, pas voler, etc. Nous avions donc deux choix ; soit on détruit l’acide, soit on se téléporte.

C’était perdu d’avance, Lepez n’était même pas capable de le geler et on ne possédait aucun moyen pour se téléporter. Je ne perdrais pas espoir tout de même. J’aurais aimé utiliser mon pouvoir pour regarder ce qui se passait à l’extérieur, mais je ne voulais pas que les autres voient mes yeux changer. Tout à coup, la rousse demanda à l’autre qui n’avait pas encore parler si elle n’était pas la volonté de la téléportation. Lorsque celle-ci répondis oui, je fus la personne la plus heureuse au monde. Je m’approchais d’elle et lui demanda de nous faire sortir d’ici. Pour toute réponse elle devint rouge tomate. Je lui fessais donc de l’effet ? Mmmh… Intéressant. La rousse regardait notre sauveuse d’un air jaloux. Je sens que j’allais m’amuser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t61-volonte-du-regard-le-bad-boy
Messages : 108
Date d'inscription : 13/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Guérison et pousse de plante
Âge: 16 ans
Titre: Volonté du Printemps, rang quatre
avatar
Zalaée Larochelle
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Jeu 9 Avr - 17:04

La jeune femme que j’avais remarquée plus tôt, lorsqu’elle était en fuite, m’a répondu qu’elle était bien la volonté de la téléportation. Tout à coup, Mathias s’approcha d’elle. Il était très heureux, beaucoup trop à mon gout. Elle pouvait nous faire sortir de là, oui, mais quand même ce n’est pas comme si elle allait tuer tous les chasseurs du monde juste en claquant des doigts. Il demanda à la jeune femme si elle pouvait nous faire sortir de là. Pour toute réponse celle qui ne s’avait pas nommée, rougit, s’en était ridicule, on n’avait pas de temps à perdre. À ce moment-là j’ai jeté un regard furieux à la jeune femme que Mathias prenait pour son héroïne, juste au moment où, lui, me regardait. J’ai détournée le regard. J’avais du mal à le regarder dans les yeux. Comme tout le monde, sauf que lui s’était pire. Mon cœur s’emballait dans ces moments-là sans que je sache pourquoi. J’ai poussé un soupir si silencieux qu’il y avait peu de chance que quelqu’un l’ai entendu.

Il faudrait se dépêcher! Non?

J’avais dit cette petite phrase sans la moindre trace de colère. Je n’avais aucune raison d’être en colère n’est-ce pas? Mathias était beau…mais…Je…Je n’en suis pas amoureuse! Non! Enfin je crois.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Jeu 9 Avr - 21:36

Nous attendions seulement après Abygaelle, mais celle-ci semblait réfléchir. Qu’attendait-elle ? Je respirais de plus en plus difficilement. Regardant autour de moi, je remarquais que je n’étais pas la seule. Je nous classais en étapes de phase selon notre état. Abygaelle et Mathias étaient à la première phase tout comme moi. Ceux à la deuxième phase étaient selon moi, Akamaro couché et haletant, Zalaée en position fœtale et Lepez se tenait la tête en gémissant. Tout à coup, je me sentis encore plus faible, très faible. J’aperçus Akamaro tomber inconscient. Je me mis à crier son nom tout en le prenant dans mes bras. Zalaée et Lepez étaient tombés eux-aussi inconscient. Je compris que c’était la troisième phase. Moi, j’étais maintenant couché sur le sol, incapable de faire le moindre mouvement. Je suis rendu à la deuxième phase. Abygaelle doit être rendu à la même que moi, si elle ne se dépêche pas, nous allons tous mourir. Que nous arrivaient-ils ? Je pouvais sentir le cœur d’Akamaro battre faiblement. C’est Mathias qui parla en premier.

<< Ils absorbent nos forces, nous devons sortir d’ici en vitesse. Abygaelle téléporte toi dehors de la sphère et arrête le rituel. Nous comptons sur toi, dépêche-toi sinon nous allons y passer… >>


Je n’attendis pas la réponse de la jeune femme. Au lieu de cela, je m’endormis trop faible.

*FLASHBACK : Je me sentais si bien. J’étais dans un espèce de bain qui me recouvrait entièrement. Le liquide autour de moi y restait toujours chaud. Je n’avais même pas besoin de respirer par le nez ou manger pour survivre. On me l’apportait directement. Je ne voyais rien, mais cela ne me dérangeait pas. Je n’avais jusque-là jamais vue la lumière. Cet endroit était parfait pour moi, mais il devenait de plus en plus serré. Je pense que c’est de ma faute, je grandis trop vite. J’aimais entendre cette voix angélique, mais parfois elle était plus ténébreuse. Elle utilisait la seconde voix pour nous défendre. Nous ne fessions qu’un.

<< Pourquoi ne dors-tu pas encore ? Mon petit bébé… Je t’aime tant. Rendors-toi, tu ne dois pas naître ce soir. Tu sais quoi, je vais te raconter une histoire pour t’endormir, mais je te préviens ne l’oublie jamais. Elle t’aidera à mieux comprendre ce qui t’attends. On nous la raconte de génération en génération. C’est l’histoire de Romulus et Remus :

Romulus et son frère jumeau Rémus sont les fils de la vestale Rhéa Silvia et du dieu Mars. Rhéa Silvia est la fille de Numitor, roi de la légendaire ville latine d'Albe la Longue et dépossédé du trône par son frère Amulius. Celui-ci, craignant que ses petits-neveux ne réclament leur dû en grandissant, prend prétexte qu'ils sont les fils d'une vestale, qui avait fait vœu de chasteté, et ordonne qu'on les jette dans le Tibre.

Mais l'ordre est mal exécuté, les nouveau-nés sont abandonnés dans un panier sur le fleuve, survivent grâce aux dieux et sont découverts sous un figuier sauvage situé devant l'entrée de la grotte du Lupercale, au pied du Palatin, par une louve qui les allaita. Un pivert, l'oiseau de Mars, veillait sur eux.

Plus tard, les jumeaux, à qui est révélé le secret de leur naissance, tueront Amulius et restaureront leur grand-père Numitor sur le trône d'Albe. (1)  >>
 *


(1) Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/Romulus_et_R%C3%A9mus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Dim 3 Mai - 13:04

J’ai réussi! À la dernière minute, alors que toutes mes forces m’abandonnaient, j’ai réussi à me téléporter. J’étais dans un couloir devant la salle qui m’avait servi de cellule avant le rituel. Dès que j’ai été à l’extérieur de cette sphère d’acide, j’ai commencé à me sentir déjà un peu mieux. J’espérais que mon départ est un peu affecté le rituel, mais je ne devais pas seulement l’affecter, je devais l’arrêter. L’alarme à retentit à nouveau, me rendant plus nerveuse que jamais. Je n’étais pas d’humeur à courir partout comme la dernière fois, à me faire attraper. Je voulais sortir d’ici et ne plus jamais revenir. Je me suis donc téléportée à un endroit précis, la salle où se déroulait le rituel. J’ai observé mes ennemis alors qu’ils me tournaient le dos. L’un d’eux semblait commander les autres. J’en déduisis que c’était leur chef et m’approcha de lui un poignard à chaque main. J’ai placé mes armes de chaque côté de son cou.

Vous arrêtez tous sinon je vous tue tous en commençant par votre chef.

Le rituel s’arrêta. Mes ennemis me regardaient tous surpris et l’un d’entre eux me dit.

On t’a obéis lâche le maintenant.

J’ai secoué la tête et me suis mise à crier:

Non!

J’ai tué l’homme avec mes poignards. C'était ce qu'il y avait de mieux à faire puisqu'une fois que j'aurais lâchée leur chef qu'est-ce qu'ils les auraient empêchés de me mettre hors d'état de nuire et de reprendre leur rituel? Rien!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 23
Date d'inscription : 29/03/2015
Age : 32

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard / Sabre
Âge: 20 ans
Titre: Le Bad boy / Volonté de rang 3
avatar
Mathias Ogawa
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Ven 8 Mai - 13:38

*RÊVE : J’ai froid, autour de moi tout est blanc. Ce n’est pas comme si j’étais dans le nord, non… C’était comme si j’étais entre la vie et la mort. Suis-je en train de rêver ou je suis réellement en train de mourir. Pourquoi? Pourquoi moi? Pourquoi aujourd’hui? Je me sens de plus en plus perdu… Je n’ai plus d’énergie. Je suis couché, les yeux vers ce qui aurait pu être un ciel. Je dois être en train de mourir. Est-ce que je mérite cela? Je n’ai pas mal, je me sens calme. J’aurais aimé mourir pour des raisons bien plus héroïques. Maintenant, tous vont m’oublier. Est-ce que je suis mort pour rien ? Je ferme les yeux et me laisse tomber dans ce lieu de détente à l’état pur. Tout d’un coup, un brin d’intelligence réussi à atteindre mon cerveau. Non ! Je ne peux pas mourir. Bien que mal, j’essaie de me réveiller.*

Je suis le seul debout. Abygaelle a disparu. A-t-elle réussit ?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t61-volonte-du-regard-le-bad-boy
Messages : 108
Date d'inscription : 13/12/2014

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Guérison et pousse de plante
Âge: 16 ans
Titre: Volonté du Printemps, rang quatre
avatar
Zalaée Larochelle
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Jeu 14 Mai - 18:16

*RÊVE : J’avais froid, autour de moi tout étaient noire. J’avais la sensation d’être étourdie et je voyais des étincelles. Quand j’essayais de bouger mon corps refusait de collaborer. Qu’est-ce qui m’arrivait? Est-ce que j’allais mourir? Je n’étais pas capable de m’énerver. Ce lieu était si apaisant, si calme. Bien que mon esprit s’embrouillait progressivement j’ai conservée certain réflex comme celui de me protéger avec mon pouvoir. Je ne voyais pas mes lianes, mais je l’ai sentaient pousser autour de moi en prenant le double du temps qu’elles prenaient habituellement avec mon pouvoir. J’ai essayée de parler et là encore je n’ai pas vraiment eu conscience dans ce monde que ça avait marché, mais je sentais ma bouche bouger. Est-ce que dans le monde réel des lianes avaient poussées autour de moi? Est-ce que j’avais parlée dans la vraie vie? Et si c’était le cas, mes mots avaient-ils été clairs ou tout simplement une séries de sons incompréhensible?*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 30
Date d'inscription : 16/03/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Duplication
Âge: 13 ans
Titre: La sauvage
avatar
Serafina Wolfe
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Mar 26 Mai - 20:35

*RÊVE : Les murs sont recouverts de miroir. Mon pied est collé en l’air sur un morceau de bois. Il y a un meuble étrange un peu plus loin, c’est l’un des deux seuls meubles. Il était noir et blanc, il ne m’inspirait pas confiance. Le deuxième meuble était un banc en face du premier. Je ne voyais Akamaro nulle part. Où était-il? Allait-il bien? Pourquoi étais-je ici? Comment avais-je pu atterrir ici? J’essayai de me libéré, mais il n’y avait rien à faire. Tout à coup, la grande porte s’ouvrit et une trentaine de jeunes femmes, une vieille et deux hommes entrèrent. Ils étaient tous habillés très affreusement, des vêtements collés sur leurs peaux, les jeunes femmes avaient une espèce de queue de pan tout le long de la taille. Elles mirent leurs jambes sur le morceau de bois avec grâce copiant ma position. Dans quoi étais-je tombé? Étaient-elles en train de rire de moi? Je ne désirais qu’une seule chose; m’échapper. La plus vieille alla s’assoir sur le banc et mit ses mains sur le meuble étrange. C’est là que je compris que ce n’était pas un meuble, mais un instrument de musique. De la musique classique! Beurk! Je voulais mourir! Les jeunes femmes se mirent à danser et mon corps aussi. Je ne pouvais plus le contrôler, c’était comme si j’étais une marionnette. Mon cœur battait à deux cent mille à l’heure, je voulais sortir d’ici! Mais mon calvaire venait seulement de commencer, lorsque je descendis mon regard sur moi je fus horrifier. Je portais la même chose que les jeunes femmes et en rose en plus! J’avais envie de vomir, mais mon cœur était comme mort. Étais-je en enfer? Puis, les murs semblèrent tomber et derrière ceux-ci apparurent des milliards de personnes, nous observant, nous jugeant, etc.*

Je me réveillais en sursaut. J’étais la troisième à me réveiller, Abygaelle avait disparue. Nous avait-elle sauvés de l’enfer? Akamaro se réveilla tout de suite après moi, je me mis à le serrer dans mes bras en lui disant qu’il était le meilleur. Oui, c’était mon p’tit loup à moi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t59-duplication-la-sauvage
Messages : 28
Date d'inscription : 15/03/2015

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Téléportation/ trois poignard trempés de cendre de phénix
Âge: 16 ans
Titre: déesse de la téléportation
avatar
Abygaelle Laforce
MessageSujet: Re: Instinct de survie   Jeu 4 Juin - 16:53

Il y a eu un lourd moment de silence, pendant lequel mes adversaires réfléchissaient à ce qu’ils allaient faire. Devant eux, un poignard à chaque main, je me questionnais aussi. Devais-je fuir ou les attaquer? Mes adversaire sortirent leurs armes et se tournèrent tous vers un jeune homme qui semblait avoir pris la place du chef. Avant de quitter la pièce, celui-ci dis :

Achevez-la! Nous n’en avons plus besoin, le rituel est annulé.

J’étais à la fois terrorisée et fière de moi. J’avais fait annuler le rituel donc du coup j’avais sauvé mes amis. Par contre nos vies étaient quand même menacées puisqu’ils voulaient tous nous tuer. Le déclic d’un fusil, maintenant près à tirer me sorti de mes réflexions. Mes ennemis n’avaient pas du tout l’air d’être des scientifiques. L’un d’eux avait deux révolvers, un autre en possédait un seul et puis le reste était armé d’épée ou d’arbalète. Aucune chance de rester en vie si je ne partais pas, maintenant. Au moment où une détonation se fit entendre je me suis téléportée dans la même pièce que mes amis, mais à l’extérieur de la sphère. Quand je vis du sang couler sur mon bras et que je sentis une atroce douleur à l’épaule, j’ai compris immédiatement que j’avais été touchée.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Instinct de survie   

Revenir en haut Aller en bas
 

Instinct de survie

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» Le petit guide de survie d'Enzo P. Hisachi
» Petit guide de survie à l'usage des habitants de l'hôtel de Bourgogne
» Slotz : Hunt Survie
» Entraînement à la survie en milieu hostile [Pv. Solal & Kozan & Ylm]
» L'art de la survie pour les petits scouts (pv)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques des Volontés :: Nyx :: Quartier Sud-