AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Sam 4 Avr - 15:21

Ce coin-là était parfait. L'heure peut-être un peu moins, car le Soleil était très haut dans le ciel, ce qui n'était pas idéal lorsque l'on souhaitait se faire discret.

Cédrick Kessai était assis sur le rebord de la muraille du Quartier Est, observant le décor en contrebas avec une grande attention.
La grande cape noire qu'il portait pour l'occasion claquait à cause du vent, mais il tenait fermement son capuchon pour qu'il continue de dissimuler une partie de son visage. Après tout, il ne devait pas se faire reconnaître dans un endroit infesté de Chasseurs, ce serait plutôt fâcheux. Heureusement que les Humains ne pensaient pratiquement jamais à lever la tête, trop occupés à leur quotidien.

D'autant qu'aujourd'hui, c'était plutôt lui qui était en repérage.

Ses contacts dans son groupe de Chasseurs lui avaient assuré la présence d'une ou de plusieurs Volontés qui roderaient fréquemment dans les environs. Probablement des bonnes âmes qui souhaitaient libérer leurs amis dans les prisons du QG.
Au début Cédrick ne s'était pas inquiété de ces rapports, mais maintenant cela faisait une semaine qu'ils se multipliaient, toujours plus inquiétants.
Il fallait donc qu'il vienne calmer le jeu lui-même.


Après une demi-heure resté en observation, l'Anti-Volontés finit par discerner une silhouette en civil en train de longer les murs pour échapper à la vigilance des Chasseurs. Un Humain égaré ? Une Volonté ? Admettons la seconde proposition, dans le doute.

Cédrick Kessai se laissa alors tomber de la muraille, atterrit avec souplesse, puis se mit en chasse. Il n'y eut pas de cris alentour, ce qui voulait dire que personne ne semblait l'avoir vu chuter. Parfait. Lui aussi ne devait pas se trouver ici en théorie. Tout comme sa future victime.
Une excitante chasse commençait.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Sam 4 Avr - 18:56

Elle avait soif. Très soif. Ma dernière chasse n’avait pas été satisfaisante. J’ai tué un lapin il y a environ 11h maintenant. Je m’étais bien amusé, mais la marque en voulait toujours plus. Soif. Je dois me trouver une proie, n’importe quoi, mais vite. Soif. Si ça continu comme cela, je vais me mettre à trembler.  J’étais parti de la forêt pour trouver un bon gibier. Je me trouvais dans le Quartier Est. Une petite volonté que j’avais tué il y a quatre jours m’avait avoué qu’elle se rendait ici avec plusieurs pour libéré leur ami. Elle pensait réellement que je lui laisserais la vie sauve? Stupide était cette fillette. Soif. La chance fini enfin par me sourire; devant moi ce tenait une volonté ou un homme qui me pointait son arc. Je me mis à rire. Il me dit d’arrêter d’avancer, mais je continuais. C’était inutile de parler, j’avais appris cela assez rapidement avec mon père. Lorsque j’étais jeune, si j’osais parler en public, il tuerait la personne qui m’avait entendu parler. Il fessait bien attention pour la tuer devant moi et me faire manger leurs langues. Je fini par aimé le goût. Lorsque j’étais jeune, je ne comprenais pas pourquoi je n’avais pas le droit de parole, mais maintenant je savais. C’était pour ne pas divulguer des informations par accident. Personne ne devait savoir ce que mon père fessait.

Soif. La marque me ramena à la réalité. L’homme me tira dessus, la fléchette plongea dans mon épaule. J’entendis l’homme crier. Sept trous étaient apparus sur son épaule et son biceps. Dommage, il ne savait pas visé… Soif. Je m’avançais vers lui un rictus en coin. Il se tenait à genoux me suppliant d’arrêter. Il commença à me raconter qu’il avait une femme. Pathétique… Je glissais lentement mon épée le long de son torse. Soif. D’un coup vif, je lui coupais le bras non blessé. Un hurlement de douleur s’échappa de sa petite gorge. Il pleurait, je riais. Malheureusement, je devais me dépêcher avant qu’il n’alerte tout le secteur. Je lui tranchais donc la tête. Une merveilleuse sensation explosa dans mon corps. Je me sentais énormément bien. Je devais remercier la marque pour cela. D’un coup de pied, j’éloignais la tête de son propriétaire. Je fis en suite demi-tour. Marchant le long du mur dans l’obscurité, je voulais rester discret. J’avais les jambes, les pieds et mon épée en sang. Je remarquais assez rapidement que l’on me suivait. Pourquoi? J’entrai dans un petit corridor entre deux bâtiment et m’arrêta sans me retourner. Si cette personne était assez stupide pour m’attaquer, qu’elle le fasse. L’envie de sang réapparut. J’allais pouvoir m’amuser…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Dim 5 Avr - 18:57

Après quelques minutes à emprunter les petites routes et à guetter les déplacements des Chasseurs pour les contourner, Cédrick finit par entendre une voix teintée d'autorité mais aussi de panique non loin de lui. Il sut intuitivement qu'il avait finit par rattraper l'intrus du quartier Est, et que cette voix appartenait soit à celui-ci, soit à un soldat qui venait de le repérer.
Bingo.


Il plaqua son dos à un mur proche et se risqua un regard dans la ruelle qui le bordait, dans la direction d'où provenait la voix. Par delà cette rue, à plusieurs dizaines de mètres, il reconnut la probable Volonté qu'il avait aperçu auparavant.
C'était un homme avec une carrure de bûcheron, dans la force de l'âge. Ses cheveux étaient d'un blond un peu délavé, mais ses habits étaient bien entretenus. Il était aisé, mais sans être noble.
Plus important, il bandait un arc en direction de... c'était quoi ça ?

Un homme... ou bien une femme. Difficile à dire, car cette étrange personne avait camouflé toute sa silhouette dans une immense armure tel qu'on n'en trouvait plus, pas même chez les forgerons les plus acharnés. C'était un grand chevalier noir, qui n'avait rien à voir avec les chevaliers que Cédrick avait déjà pu voir au cours de sa seconde vie de Volonté. Ici, ce n'était pas un simple titre de noblesse, ce type avait tout l'aspect d'un vrai pourfendeur de dragon, celui des contes d'antan !

Finalement le premier homme finit par tirer une flèche, qui se logea dans le bras blindé de son adversaire. Pourtant ce fut lui qui hurla de douleur. Cédrick pu même apercevoir une brève giclée de sang s'extirper de l'épaule du tireur.
Le chevalier noir n'avait pas bougé d'un iota. C'était clairement un pouvoir de Volonté qui venait de s'exercer, aux yeux de Cédrick.
C'était ce curieux personnage, le fauteur de troubles.

Le reste du spectacle aurait bien réjoui l'Anti-Volontés, quand le guerrier mit en pièces l'archer, s'il ne venait pas de se convaincre que le premier était en vérité la Volonté recherchée, et non pas la victime de cette boucherie.
A la place de la joie, ce fut juste l'envie d'abattre ce fléau qui habita Cédrick.
Comme quoi, un simple manque d'analyse pouvait mener à de grandes erreurs.

Quand la boite de conserve ambulante cessa son massacre et fit demi-tour, Kessai entreprit de le suivre. Ce fut facile, avec le sang qu'elle répandait derrière elle.
Sa traque le mena dans une ruelle obscure, et à peine y posa-t-il le pied que sa nouvelle cible s'arrêta dans sa marche. Immense statue dans les ténèbres.
Il venait de se faire repérer. Il l'avait suivi de trop près, ou bien c'était à cause d'un manque de naturel de sa part.
Quoi qu'il en soit le jeu de la filature se terminait.

Cédrick Kessai fit un pas en direction de l'inconnu, mais suspendit son geste quand une forte odeur de Cendre de Phénix lui parvint.
Cette pseudo-Volonté sentait la mort végétale ! Quelle était la nature de ce type, à la fin ?
Le baron releva le col de sa cape jusqu'au niveau de son nez pour le dissimuler de cette désagréable odeur, rabattit par réflexe sa capuche sur son visage dans le même temps, puis demanda enfin avec froideur :


­« Quelle est votre identité ? Et celle de votre victime ? »

Il ne se mit ni en position de défense, ni d'attaque, car il estimait devoir comprendre la situation avant tout chose.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Dim 5 Avr - 19:37

Dommage, il ne m’attaqua pas. Au lieu de cela, il me demanda mon identité et celle de ma victime. Je ne lui répondis pas, je ne parle jamais. Cela ne sert à rien. Je me retournais donc lentement vers celui qui m’avait parlé. C’était lui. Ce regard or, je le reconnu aussitôt. C’était le rang zéro. Un chasseur étant volonté. J’avais entendu parler de lui dans un bar non loin d’ici, il serait capable de contrôler une personne d’un simple regard. Une des rares personnes à mettre dangereuses.


*FLASHBACK : J’étais dans un bar, je ne buvais rien. Boire est pour les faibles. Je recherchais une proie pour cette nuit. Elle n’avait pas encore soif, mais ce serait pour bientôt. Mon attention était concentrée sur une conversation entre deux volontés. Ils parlaient d’un certain Cédrick Kessai. Selon eux, c’était une volonté de rang zéro qui aurait rejoint les chasseurs. Il aurait le pouvoir d’hypnotisé toute personne le regardant. Les volontés étaient furieuses puisqu’il aurait hypnotisé leur meilleur ami avant de l’enlever. Ils élaboraient déjà un plan pour le libéré. Ce plan ne fonctionnerait jamais. Ils ne se rendraient jamais à leur première destination. Pourquoi? Parce qu’ils avaient de la chance; j’étais tombé sur eux et je ne les lâcherais pas. Ils sortirent dehors à la course. Soif. Et voilà, elle était prête. La chasse pouvait commencée…*



Je fixais donc mon regard sur mon épée. Je pouvais toujours l’entendre s’il voulait m’attaquer. Je n’aimais tout de même pas cela, cet homme pouvait me neutraliser. Une question me tourmentait; contre lui, la soif de la marque serait-elle assez forte pour rompre son lien. Lorsqu’elle n’était pas nourrit, elle me rendait plus faible pour me punir, mais lorsque je suis proche de tuer, elle me rend fort. J’osais les épaules pour répondre à la question du jeune homme. M’avait-il vue anéantir l’homme? Pour l’instant, il ne semblait pas m’avoir reconnu. J’étais tout de même dans son groupe, celui des chasseurs. Pour lui montrer que je ne lui voulais aucun mal, je plantais mon épée dans le sol glacé. Je regardais au-dessus de sa tête, me demandant ce qu’il avait derrière la tête. Était-il mon allié ou mon ennemi?

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Dim 5 Avr - 20:34

L'inconnu se retourna, comme attendu, mais il n'émit pas de réponse aux interrogations de Cédrick. Le baron n'apprécia guère son vague haussement d'épaules, car ce geste ne constitua rien de constructif pour lui, mais il ne dit rien également, du moins pour cela.
Il se contenta de fixer le chevalier pour qu'il s'exprime davantage. Celui-ci ne lui rendit pas son regard. C'était un indice de plus sur son identité, car normalement, seules les Volontés de la Résistance ayant eu un contact avec Alice étaient au courant du pouvoir du rang Zéro. De plus, il n'y avait que les Immortels pour se sentir concernés par les dangers de son pouvoir au point d'en détourner les yeux.
Deux mauvais points pour lui...ou elle. Il y avait toujours ce petit mystère, en plus de celui -plus conséquent- de la Cendre qui recouvrait ce chevalier, et qui démolissait toutes les théories sur sa nature de Volonté.
Mais tout portait à le croire, excepté ce point précis.

Le blindé planta soudainement son épée en terre. Cédrick reçut le message, c'était un signe amical.
Mais il ne le traiterait pas en ami tant qu'il aurait des questions.


Le baron s'avança de nouveau vers le chevalier en contournant la lame avec un pas lent.
En dépit de la menace de la Cendre de Phénix, il s'arrêta en face de ce dernier, sans toutefois cesser de protéger son nez.

« Pas très bavard, à ce que je vois. Es-tu un homme ? »
Il attendit un hochement de tête, prêt à demander le contraire s'il ne l'obtenait pas, puis enchaîna.
Pour la suite, il se mit à tourner à pas lents autour de son interlocuteur, avec une marge de sécurité toutefois.

« J'ai vu la façon dont tu as tué cet homme. Plutôt joli. Était-ce un Humain ? Une Volonté ? »
Là encore, il laissa un temps entre chaque interrogation, demandant sans le dire un signe pour confirmer à chaque proposition.
Il fut plutôt surpris de la réponse.

Finalement, pour conclure cet "interview", Cédrick tourna le dos à l'inconnu pour s'en éloigner, passant de nouveau à côté de son épée, avec une tirade.

« Je me souviens, maintenant, même si c'est encore flou. "On" m'avait parlé de l'arrivée d'un Chasseur en armure venu de nulle part, muet mais terriblement efficace dans son travail. Sur le coup, je n'avais pas compris pourquoi "ils" étaient aussi fébriles à ce sujet. »

Il se retourna de nouveau vers le concerné. Par "on" et "ils", il voulait dire "ses contacts". Mais il n'y avait pas d'intérêt à préciser qu'il avait des réseaux d'information. Ça aurait été un indice sur son rôle de chef de guilde. Peut-être que le chevalier taciturne ignorait cela, avec de la chance.

« C'est parce qu'ils n'avaient pas précisé de quel genre d'armure il s'agissait. C'est sûr que c'est surprenant... Mais pas autant que ton pouvoir... Un pouvoir de Volonté, n'est-ce pas ? »

Calmement, il défit sa chaîne. Non, il n'était pas prêt à considérer cet homme comme son ami.

« Tu as leurs pouvoirs, leur savoir, mais tu tues tes semblables et tu es couvert de Cendre. Pour la dernière fois, dis-moi qui tu es. Ou bien mime-le moi, qu'importe.. »

Son ton, déjà froid, était maintenant devenu tranchant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Dim 5 Avr - 21:07

Il me demanda si j’étais un homme. Encore des questions! J’en avais plus qu’assez. C’est un vrai moulin à parole! Je lui fis signe que oui. Il se mit à tourner autour de moi. Je soupirais, je savais exactement pourquoi il fessait cela et c’était pitoyable. Il fessait cela pour se sentir puissant, c’est une marque de supériorité. Je n’aimais pas cela, par chance il était loin. Si je n’avais pas entendu parler de ses pouvoirs, je lui aurais déjà tranché la tête à l’heure qui suit. Je venais de tuer, la marque ne m’aiderait pas si facilement. Je n’ai pas peur de mourir, j’ai peur de ne plus pouvoir tuer. Sa voix me sortit de mes pensé, il me demandait à quel groupe appartenait ma victime. Pourquoi une question si stupide? Je n’en avais aucune idée et je m’en fichais complètement! J’osais de nouveau les épaules et crachais par terre. Mon sang bouillonnait, je ne tiendrais par sur place indéfiniment. Allait-il finir par arrêter de tourner. Il m’expliqua qu’il avait déjà entendu parler de moi. Mon plan initial était donc fichu… Il commença à défaire sa chaîne. Avait-il donc enfin fini? Bien sûr que non! Il me demanda de lui dire ce que j’étais. Je soupirais et plongeant ma main dans une crevasse de mon armure, j’y sortis une petite bourse. Elle contenait de la cendre de phénix. Je la lui tirais, s’il possédait un minimum d’intelligence, il comprendrait que j’étais comme lui. Je n’attendis pas sa réponse. Je soupirais, pris mon épée et me retournais. Je sortis de la ruelle, je ne savais pas trop s’il me suivait, mais je m’en fichais. J’entrais dans la première maison que je trouvais. D’un coup de pied, je fis voler la porte. J’entrais sans un bruit. Aucune lumière, aucun son, il ne semblait avoir personne. Je montais à l’étage sans faire attention à ne pas faire de bruit. La première salle était une chambre, la deuxième une salle de bain. J’entrais dans celle-ci et barrait la porte. Je ne voulais pas que le chasseur voit que ma blessure avait guérit. Elle m’avait guérit lorsque j’avais fait saigné l’homme. J’enlevais la protection sur mon bras blessé, j’avais perdu plus de sang que je ne le pensais. Je trouvais une serviette dans un placard, la mouillais grâce à un évier et me mis à nettoyer mon épée. Heureusement le sang était encore frais, celui séché est dur à faire partir. Après cela je m’attaquais à mon épaule, puis mon armure. Je ne ramassais pas mon dégât, j’avais taché une grande partie de cette petite salle. Je n’avais pas pris de douche depuis longtemps. Je me fichais de tout cela. Je sortis donc de la salle comme si rien n’était. À peine avais-je fait deux pas que j’entendis quelqu’un parler…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Mer 15 Avr - 16:26

En tout, Cédrick avait posé trois vraies questions dans son petit laïus ; deux à propos de l'identité du tueur, et une à propos de celle de sa victime.  Il eut droit en répartie à un hochement de tête, à un haussement d'épaules, à un crachat par terre -geste qui l'exaspéra au plus haut point pendant un instant- et à la sortie d'une bourse pleine de Cendre.
Ainsi, le baron apprit que le chevalier noir était bien un homme, qu'il ignorait l'identité de l'archer massacré par ses soins ou bien qu'il ne voulait pas la divulguer... et c'était tout.
L'homme en armure avait extirpé cette besace pour répondre à la question concernant sa nature, et alors ?
Certes, il supportait le contact avec la Cendre, ce qui laissait envisager qu'il n'était pas une Volonté, mais avait-on déjà vu un Humain avec le pouvoir de blesser à distance alors que c'était lui qui se faisait tirer dessus ?

L'étrange Chasseur reprit soudainement son épée plantée en terre et se retourna, estimant sans doute que ses "réponses" étaient satisfaisantes pour la curiosité de Cédrick.
Le rang Zéro eut l'envie de le laisser partir, car il ne prenait pas de plaisir en sa compagnie, mais il estimait que le mystère de ce personnage, ni Humain ni Volonté, devait obligatoirement être éclairci. De plus, soyons honnêtes, l'idée de laisser tomber et de retourner faire de la surveillance dans le quartier l'ennuyait profondément. Cette demi-heure de repérage lui avait déjà semblé durer un siècle, alors le reste de l'après-midi, hors de question !

Après quelques minutes, Cédrick décida donc de ré-enrouler sa chaîne autour de son bras droit et de continuer à suivre l'homme sans voix.
Ses pas le menèrent à l'intérieur d'une maison plongée dans l'obscurité dont la porte a été défoncée.
En haut il y eut beaucoup de bruit, et quand Cédrick monta à l'étage, il découvrit une chambre ouverte, et une autre salle à la porte fermée. Il voulut pousser l'ouverture doucement, mais il sentit tout de suite une résistance de l'autre côté. Il imagina donc que le muet s'y était enfermé. En réaction, il alla allumer la lumière de la chambre et se laissa tomber sur le lit deux places au fond de la pièce. Il finirait bien par ressortir.

Quand, en effet, la porte se rouvrit et que le colosse mit le pied dehors, Cédrick signala sa présence.

« Toujours là. » déclara-t-il sobrement.

Ensuite, il se laissa tomber mollement du lit et se releva pour s'avancer vers son interlocuteur.

« J'ai conscience de vous agacer, mais je ne tiens pas à vous laisser repartir sans savoir par quelle magie vous avez pu mettre cet homme à genoux tout à l'heure, mes excuses...Montrez-moi, s'il vous plaît. »

Il était repassé au vouvoiement subitement, car il avait pris conscience d'avoir été très familier lors de son interrogatoire. Il avait donc décidé d'être un peu plus courtois à présent.
Il remarqua que le chevalier ne saignait plus du tout, et quand il tourna la tête il vit que la salle où il s'était exilé était une salle de bains maintenant ensanglantée. Il ne vit pas l'intérêt de faire un commentaire sur ces observations.

Soudainement, il entendit une dizaines de pas précipités au premier étage, et plusieurs voix s'interpellant et donnant des ordres comme "fouillez les lieux !" ou "retrouvez-le !" par exemples parmi d'autres. Quelques Chasseurs avaient retrouvé le cadavre et suivi la trace sanglante  apparemment. Ils ne devaient pas être trop nombreux, mais ils constituaient un problème.

Ainsi, Cédrick rajusta son capuchon et son col pour masquer au mieux son visage, et s'avança vers les escaliers.

« Je pense que ce sont des collègues...ne les abîmons pas trop.  »
chuchota-t-il à l'adresse du Chasseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Mar 21 Avr - 17:38

C’était cet homme, le vrai moulin à parole, il ne me lâchait plus d’une semelle. Il me parlait maintenant au vous et cela me plaisait. Ca me faisait sentir supérieur, il se rabaissait devant moi. Je souris pendant qu’il me parlait. Il n’avait pas encore compris que je ne parlais pas. Il ne comprenait pas très vite. Il était du genre curieux, je devais l’admettre. Il se demandait comment j’avais pu blesser ma victime de toute ailleurs. Je ne répondrai pas à sa question, le seul moyen de le deviner est de me voir à l’œuvre et encore là, il devait survivre. Était-il aussi fort qu’on le racontait? J’en doutais fortement, mais je ne suis pas du genre à sous-estimé mon adversaire.

Ses yeux se posèrent sur mon épaule maintenant guérit. Il avait sans doute remarqué. Je n’avais pas été assez discret. Est-ce que cela allait devenir un problème? Allait-il devenir un ennemi ou un allier? La seule chose dont j’étais sûr était qu’il ne serait jamais mon ami. Cédrick regarda derrière moi, il observait la salle de bain d’un air attentif. Cela m’exaspérait. Je lui tournais le dos et commença à me diriger vers les escaliers. Je n’avais fait qu’un pas lorsque j’entendis des bruits de pas et quelqu’un crier de fouiller et retrouver des personnes. Cédrick s’approcha de moi et me chuchota à l’oreille.

« Je pense que ce sont des collègues...ne les abîmons pas trop.  »

Je souris à ses paroles. Il n’était peut-être pas aussi ennuyant qu’il en avait l’air… Je pris mon épée dans ma main. Sentir le poids et la fraicheur de l’arme me faisait du bien. Les hommes apparurent devant nous. Je n’avais pas bougé d’un pouce depuis que je les avais entendus. À quoi bon? La fuite est pour les êtres faibles. L’un de mes ennemis, le chef selon moi, commença à nous parler.

<< C'est quoi ce bout de métal? >>

Comment m’avait-il appelé l’obèse?! J’allais lui donné un ticket direct vers sa mort à ce petit s’il continuait. Malheureusement pour lui, la marque se réveilla. Elle voulait le manger tout cru et je n’allais tout de même pas lui empêcher ce festin. Je ne suis pas si cruel… Cédrick était à deux doigts de parler quand j’attrapai le collet du chef et le soulevai dans les airs. Une joie immense m’enivra. Je pouvais sentir son petit pouls battre entre son coup, c’était délicieux. Je regardais ma proie attraper mon poing et se débattre comme elle le pouvait. J’adorais ce moment. Une fléchette m’atteint au bras. Je ne regardais ni ma blessure ni celui qui me l’avait lancé. Mon regard était fixé sur ma proie. J’entendis mon attaquant crier et tomber. À genoux devant moi me dis-je. Les pulsations de chaleur venant de la marque m’exaltaient. Je me mis à rire, j’adorais cela. J’entendis quelqu’un crier.

<< C’est Elliot! C’est le chasseur qui détruit tout sur son passage! Sauvez-vous! >>

Ma proie avait cessé de se débattre. Elle était morte entre ma main, je ne sentais plus son pouls. Je la tirais sur le mur, puis je me retournais vers mes petits moutons… La moitié c’était enfuient, d’autres me fixaient apeuré et les plus téméraire me fixait de regard remplient de haine. Je ne regardais pas Cédrick. Je m’avançais donc vers ma prochaine proie, le plus grand de leur petite troupe. Il semblait n’avoir peur de rien. On allait voir cela… Je n’avais même pas levé la main qu’il se mit à reculer. Je me remis à rire. Oui, il avait peur de moi… S’en était presque ridicule.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Ven 1 Mai - 15:03

Cédrick n'eut pas le temps d'atteindre le haut des escaliers que, déjà, le groupe des Chasseurs les avait monté quatre à quatre pour parvenir au second étage, armes en main et lueur de panique dans les yeux.
Immédiatement, la Volonté recula donc et leva les mains en signe de paix face à ses confrères, un faible sourire flottant sur la seule partie de son visage visible, vu qu'il baissait également la tête.
Dans un autre contexte, il aurait pu aisément trouver un tissu de mensonges à inventer pour éviter les ennuis sans avoir à tuer tout le monde. Il aurait par exemple pu se faire passer pour le propriétaire paniqué de la demeure, indiquer qu'il venait de se faire attaquer par une Volonté qui avait fracassé "sa" porte et qui maintenant était en train de s'enfuir par la fenêtre de la chambre, pour enfin s'enfuir à l'anglaise quand une bonne partie des Chasseurs seraient partis chercher l'intrus qui n'existait pas.
Ça aurait été un plan risqué mais acceptable pour se tirer de ce pétrin sans coulis de sang, mais...

<< C'est quoi ce bout de métal? >> demanda un des Humains, celui qui semblait avoir le plus de cran.

Voilà le problème. Expliquer sa présence dans une maison avec une salle de bains ensanglantée et une porte d'entrée enfoncée était faisable pour Cédrick. La même situation, avec un homme immense en armure qui se tenait derrière vous... là, le baron allait avoir plus de mal à le confectionner, son tissu de mensonges, parce qu'on ne pouvait pas faire plus suspect.
De toute façon, il n'en eut pas le besoin, car justement l'élément perturbateur venait de s'avancer pour saisir le Chasseur indiscret au cou. Oh, il n'avait pas apprécié l'appellation "bout de métal" on aurait dit.  
La suite des événements se déroula très vite. Quand le guerrier susceptible souleva l'autre homme dans les airs avec son bras, plusieurs Chasseurs armèrent leurs arcs et leurs arbalètes. Mais le premier d'entre eux qui tira sur lui fut aussi le premier à s'écrouler à terre, une toute récente blessure au bras. Pourtant, c'était le chevalier noir qui venait de se prendre une flèche. Dans le bras, justement.
Finalement, Cédrick l'aura eu, la démonstration de cette magie inhumaine.
Le monstre n'eut pas l'air d'avoir mal, bien au contraire. Il se mit à rire, faisant résonner le son de sa voix pour la première fois depuis que la Volonté l'avait rencontré.
Cela fit parcourir une vague de panique dans les rangs adverses.

<< C’est Elliot! C’est le chasseur qui détruit tout sur son passage! Sauvez-vous! >> cria une voix parmi les Chasseurs.

Et la plupart d'entre eux joignirent le geste à la parole. L'intimidation n'était pas mal non plus, comme méthode pour avoir la paix. Surtout lorsqu'on connaissait vos faits.

Finalement, l'homme qui avait eu le malheur de se faire attraper rendit son dernier soupir dans la main du dénommé Elliot, le Chasseur fou. Il se fit jeter sur le sol comme une ordure par la suite.
Cédrick se pencha sur le cadavre à terre sans un mot. Depuis le début des hostilités, le rang Zéro n'avait pas bougé d'un iota, mais il jugea soudainement que tout cela allait trop loin.

Le Chasseur en armure avançait vers le reste du groupe qui avait eu la folie de rester l'affronter, avec un rire encore plus prononcé quand il vit leur peur. Ils allaient finir comme leur leader si personne ne faisait rien. Il n'en était pas question.

« Elliot. Ne les abîmons pas trop, j'ai dit. J'espère que vous n'êtes pas sourd en plus d'être muet... Laissez-les partir immédiatement.» intervint Cédrick d'un ton monotone sans lever les yeux du cadavre.

Malgré l'attention qu'il accordait au corps de son collègue, Cédrick était à l'affût du prochain mouvement du Chasseur qui ne faisait pas la distinction entre alliés et ennemis.
La Volonté tolérait qu'on blesse des Humains pour les effrayer, qu'on les tue en cas de danger, mais il n'acceptait pas le fait de les tuer juste pour le plaisir de tuer.
Même s'il le faisait lui aussi parfois... Mais c'était occasionnel, donc excusable.

En tout cas, c'était fort dommage qu'un potentiel allié aussi fort se révèle être un malade mental de cette envergure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Ven 1 Mai - 18:53

« Elliot. Ne les abîmons pas trop, j'ai dit. J'espère que vous n'êtes pas sourd en plus d'être muet... Laissez-les partir immédiatement.»


Était-il sérieux? Comment osait-il me dire quelque chose de ce genre? Je me retournais vers lui le regard en feu. Il semblait calme, cela enragea Elliot. Il n’avait pas peur de lui! Elliot soupira bruyamment du nez. Cette idée ne l’enchantait guère. Il se retourna ensuite vers c’est chasseurs. La marque avait encore soif. Elle voulait plus de sang, mais Elliot comprenait que ses personnes n’avaient pas besoin d’être sauvés de cette vie cruelle. D’une certaine manière, eux-aussi sauvaient des gens. Elliot sortit donc à la course du bâtiment et se mit à courir dans la rue. Il ne sentait même pas ses poumons s’enflammer, il ne sentait que la marque et ce qu’elle lui disait ; ‘‘Plus de sang’’. Soudainement, il aperçut deux petites volontés utilisées leurs pouvoirs pour voler un magasin. Elliot sourit et se mit à marcher tranquillement vers le magasin. Il prit un énorme plaisir à torturer ses petits moutons. Au moins, ce ne fut pas ennuyant puisqu’ils savaient se défendre. À la fin du combat, le mur du fond était taché complètement de sang et il y avait du jus de cervelle un peu partout. Elliot utilisa un chiffon pour nettoyer son épée, puis se dirigea vers la victime. Un jeune homme d’environ douze ans, le caissier. Elliot prit son pouls, vivant. Le chasseur au cœur de pierre savait quoi faire pour que ce jeune homme ne souffre plus jamais d’une telle douleur; il devait mourir. Elliot leva son arme pour l’abaisser sur le gamin lorsqu’il entendit crier.

<< Par ici! Les coups de fusil venaient de par-là! Dépêchez-vous ils vont s’enfuir! >>


C’était une voix de femme, rapidement je rangeais mon épée, je n’avais plus le temps de le sauver. Ce serait pour une autre fois. Elliot sortit donc par la porte de derrière. La marque ne lui donnait plus d’énergie et la fatigue commença à m’attaquer. Je me mis à marcher tranquillement dans la rue, nullement inquiet que l’on me retrouve. Le matin allait bientôt se lever. Elliot entra dans une maison au hasard. Il y avait une personne. Elliot pensa premièrement à la tuer, mais ses mots lui en dissuadèrent.

<< C’est toi Edward? Ça fait des jours que je t’attends… Viens dans la cuisine je vais te faire un sandwich… Tu ne parles pas beaucoup mon garçon? C’est comme ça que tu me traite après tant d’années à t’attendre? >>

C’était une vieille voix remplit d’expérience. Elliot s’avança vers la cuisine et vit que la vieille femme était aveugle. Étrangement, elle sut exactement où trouver les ingrédients. Elle lui fit un repas en un temps record. Elliot enleva son casque pour manger. Il n’avait pas peur qu’elle voit sa cicatrice. La nourriture était excellente. Une part d’Elliot lui disait qu’il devait la sauvé de ce supplice d’être aveugle. Il se leva et apporta la vaisselle dans l’évier.

<< Eh bien quoi? Tu n’as pas d’histoire à me raconter? Tu as bien changé mon garçon… Peut-être est-ce de la maturité? >>

Je ne répondis pas. À quoi bon? La vieille femme soupira et m’amena à la chambre de son petit-fils pour que je puisse mis reposer. À peine était-elle sortit que je barrais la porte derrière elle et me coucha habillé sur le lit sans prendre la peine de m’emmitouflé dans les couvertures. Je m’endormis en me demandant ce qu’il était arrivé au rang zéro et à ses larbins.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Mer 13 Mai - 13:20

L'immense Chasseur s'arrêta soudainement dans son avancée suite à l'ordre de Cédrick, puis se retourna d'un bloc vers lui. Tout à coup, il y eut une sorte de montée de tension dans l'air.

Malgré le casque d'Elliot, Cédrick devina aisément la haine brûlante du regard posé sur lui. En vrai, tout le corps du chevalier exprimait une colère sourde qui aurait mis mal à l'aise beaucoup de gens dans cette situation. A cet instant, il faisait penser à une bombe à retardement sur le point d'exploser. Et personne n'aimait être en face de ce genre de bombe. Mais ce n'était pas cela qui allait faire reculer le rang Zéro.
Pendant un instant, les deux hommes se fixèrent l'un l'autre sans rien dire, puis Elliot se retourna vers les autres Chasseurs, ses collègues. Collègues qu'il tuait pourtant avec autant de violence que s'il était en face de ces chiens de Volontés.  

Cédrick crut briévement que le chevalier allait se remettre à les massacrer par pure provocation envers son autorité, mais Elliot les bouscula après un temps de réflexion, afin d'atteindre la sortie de la maison. Ses collègues ne tentèrent même pas de l'arrêter. Ils avaient déjà eu leur compte.

C'était compréhensible, mais Cédrick, lui, ne comptait pas laisser partir cet individu plein de secrets aussi intéressants les uns que les autres. Il voulait en savoir toujours plus sur lui. Sur ce Chasseur destructeur aux pouvoirs de Volonté, mais pourtant couvert de Cendre.
Le baron voulut donc le suivre, mais le mur des Chasseurs se referma juste devant lui, armes relevées vers son visage.
Évidemment. Ce serait trop simple sinon.

Ils ne posèrent pas de question, pas de "qui t'es, toi ?", ni de "qu'est-ce que tu fous, là ?". Ils attendaient juste impatiemment que Cédrick se présente de lui-même. Mais lui aussi se taisait, regardant ailleurs.
Un autre moment de silence interminable.
Puis le plus grand d'eux finit par prendre la parole :

« -Qu'est-ce que tu faisais avec Elliot ? »

« ...Calme, je suis l'un des votre. J'ai reçu l'ordre de surveiller cet élément instable afin de déterminer s'il fallait le neutraliser ou pas. La décision sera compliquée je pense, puisqu'il est très efficace, mais aussi un danger pour tout le monde. Quoi qu'il en soit, je dois l'espionner pour encore deux jours complets. » déclara Cédrick d'une voix éteinte sans même regarder ses interlocuteurs.

Cédrick savait que plus il détaillait ses mensonges, plus ils paraissaient crédibles. Le tout était de ne pas s'emmêler les pinceaux dans ses explications.
Mais même s'il passait son temps à faire cela, il détestait parler autant. Il sentait sa gorge s'assécher à chaque fois.

« Laissez-moi passer avant que je le perde de vue. » conclua-t-il néanmoins.

Une majorité des armes se baissèrent et certains se mirent à descendre les escaliers, mais d'autres restèrent en position d'attaque, dont le grand type.

« T'es pas taillé comme un Chasseur et je te connais pas, mon gars. Montre-nous un peu ta bouille ? »

Qu'il aille crever, ce crétin pas capable de croire quoi que ce soit. Cédrick n'avait plus le temps.

Il fit un bond en arrière pour se retrouver en haut des escaliers, puis se mit à courir vers la salle de bain rouge avant même que l'un d'entre eux réalisent ce qui venait de se passer.
Quand ils arrivèrent dans la salle à leur tour, le baron avait déjà ouvert la fenêtre et s'était enfui par cette issue.
Quand ils regardèrent par cette fenêtre, Cédrick n'était plus dans la rue en bas. Disparu.
Bande de mous.

Cédrick courait à une vitesse inhumaine parmi les ruelles sans plus de crainte de se faire repérer. Dans son tissu de mensonges il y avait eu une part de vrai ; il devait vraiment retrouver Elliot. Ce type était une vraie mine d'or, peut-être l'un des meilleurs guerriers qu'il n'aurait jamais à disposition. Il devait s'en servir pour frapper les Volontés au plein coeur.
Il voulait le lâcher dans les îles du Sud, pour qu'il y répande la mort et la terreur.

Il y eut des cris et des bruits de combat au loin. Quand Cédrick arriva sur les lieux, il ne put observer le carnage que de loin vu le monde qui y était rassemblé. Il vit tout de même du sang et d'autres substances peu ragoutantes partout sur les murs et sur le sol. C'était immonde.
Pourvu que ces tas de chairs et de liquides n'aient pas été des Humains innocents du temps de leur vivant.
En tout cas, c'était sûrement signé Elliot, cette hécatombe.
Un gosse hurlait dans le lot, couvert de rouge. Il braillait à ceux qui lui demandaient "que le grand soldat était parti par là" en pointant du doigt une certaine direction.
Pauvre gamin, il ne s'en remettrait jamais.

Cédrick se mêla donc à la foule des courageux qui suivirent la voie indiquée vers le meurtrier, tandis qu'au loin les Chasseurs qu'il avait croisé étaient en train de signaler l'intrusion d'une Volonté.
Espérons qu'il ne les recroise pas sur son chemin. Pour eux.


Dernière édition par Cédrick Kessai le Jeu 21 Mai - 13:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Ven 15 Mai - 23:00


Des cris me réveillèrent, je jetais un regard à l’extérieur pour voir ce qu’il se passait. Plusieurs chasseurs courraient dans la rue, ils entraient dans les maisons par la force. Tous ceux qui ne leurs donnaient pas de l’aide pour me retrouver était frapper. Les hommes sont impatient parfois, torturer des gens innocent… L’humanité est descendue très bas. Dans mon temps, on protégeait le village plus que tout. J’entendis soudainement la porte de mon refuge céder. Je couru à toute vitesse vers l’entrée.

J’y aperçus la vieille femme au sol, une auréole rougeâtre autour de la tête tel un ange. Elle avait dû trébucher sous la frappe de l’homme et se cogner la tête sur le coin de la table. Elle était maintenant sauvée de ce monde atroce. Sa mort ne me fit presque rien, je m’en étais toujours fiché, mais elle aurait dû mourir d’une autre manière. Plusieurs meurent chaque jour, d’autres naissent c’est le cycle de la vie. Je marchais donc sur le corps mort et tranchais la tête de son meurtrier, grâce à lui je n’avais pas pu sauvez la vieille à ma manière.

Je sortis par la suite de la bâtisse, tous s’arrêtèrent en me voyant. C’était comme si j’étais leurs roi. J’aimais ce sentiment. Maintenant que j’étais en face d’eux, ils ne savent plus comment réagir. Qui est donc leur chef? N’y avait-il donc personne qui donnait les ordres?  Le premier courageux s’avança vers moi en criant je vais te tuer. Je me mis à rire et bloqua son épée avec ma main. Je l’entendis crier et le regardait. Il observait sa main saigner avec sept trous passant des deux côtés de sa main.

<< Que m’as-tu fait?! Monstre! >>

Idiot! Je ne lui avais rien fait, il s’était fait cela tout seul. Il semblait désespéré… Ce n’est qu’une main pas la tête… Ils exagèrent tous. Moi, j’ai un trou dans la main, mais je m’en fiche. Il releva son autre main et s’apprêta à refaire un essai quand quelqu’un parla.

<< Arrête toi George! C’est un allié. N’est-ce pas Elliot? >>

Je le regardais l’énergumène qui venait de parler. En effet, il portait comme seul vêtement un short jaune flash. Il tenait un sabre laser orangeâtre à la main. Étais-ce lui le chef? Je baissais, puis levais la tête pour lui signifier ma volonté. L’homme commença donc à s’avancer vers moi. C’est là que je le vis, Cédrick se tenait parmi la foule. Que fessait-il là? Me suivait-il? Monsieur short jaune me sortit de mes pensées en me demandant quelque chose.

<< J’aimerais pouvoir vous parlez en privé, nous avons quelque petit truc à ce dire… >>

Ne savait-il pas que je ne parlais jamais? Je levais le bras et pointait Cédrick. C’était le seul que je connaissais dans cette foule. Je voulais qu’il parle à ma place. S’il ne le fessait pas, je devrais trouvez un autre moyen un peu plus radical pour me sauver la peau… Tant de gens ont besoin d’être sauvé de ce monde immonde…

<< Pourquoi pointez-vous cet homme? Vous voulez qu’il vienne avec nous? >>

Je lui fis signe que oui, puis je croisais les bras devant ma poitrine. Maintenant, tout dépendais du rang zéro. Qu’allait-il faire? Le chef se mit à parler.

<< Cédrick, voulez-vous nous suivre s’il vous plait? >>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Jeu 21 Mai - 16:18

[HRP: Ils ne sont pas censé connaître mon nom, ni quoi que ce soit de moi. :s]

La foule avançait autour de Cédrick, paniquée , mais surtout furieuse. Les Chasseurs se comportaient comme une véritable meute de loups enragés, s'en prenant à tout ce qui bougeait. Ils interrogeaient de manière musclée tous les potentiels témoins qui furent sur leur route, mais parfois ils les frappèrent avant même d'avoir posé leur question à propos d'un assassin en armure. Aussi, ils firent voler en éclats les portes de toutes les maisons dans lesquelles il aurait pu se dissimuler, avant d'agresser leurs propriétaires de la même façon que les passants.
C'était un véritable tsunami de violence qui venait de se déclencher, et le plus pitoyable était que ce quartier était majoritairement habité par des Chasseurs, ce qui voulait dire que dans leur impatience ces imbéciles s'en prenaient à leur collègues en repos, pour la plupart.
Cédrick eut l'impression d'être dans un nid de serpents en train de s'entre-dévorer.

La horde se divisa en plusieurs groupes pour inspecter plusieurs habitations. Cédrick resta dans le dernier qui s'enfonçait le plus loin dans le quartier. Puis celui qui menait la marche finit par s'engouffrer dans une énième maison.
Coup sourd, cri rauque et féminin, bruit de chute, autre hurlement masculin cette fois, son de l'épée qui taillade la chair, silence.
Il était ici.

En effet, Elliot parut dans toute sa splendeur un peu plus tard après ces sons, avec son épée entièrement souillée de sang. Cette apparition fit son petit effet puisque l'entourage de la Volonté se figea aussitôt de stupeur.
Puis il y eut un déclic chez l'un d'eux...
Celui-ci leva son épée vers Eliott pour tenter de le tuer, avec la même violence dans la voix que lorsqu'il avait menacé ses Collègues innocents.
Le chevalier noir para sans mal l'attaque de sa main, et cela causa de belles blessures à la paume de son opposant, qui se mit à faire jaillir une fontaine de sang tandis que son propriétaire hurlait.
Eh oui. L'invulnérabilité même. Pas de chance.
Mais le pire, c'était que cet abruti fini s'apprêta à recommencer son assaut.


...
Là, par contre, c'était le summum.


Mais il voulait mourir ou bien quoi ? Ils étaient tous aussi débiles ici, sérieusement ? C'était ça, les Chasseurs qui protégeaient leurs amis et leur famille des Volontés tant redoutées ? C'était ça l'espoir de l'Humanité ? Des gens qui tuaient des civils pour retrouver un meurtrier, et qui ne savaient même pas réfléchir une fois face à lui ?
Mais bordel, comment faisaient-ils face aux Volontés s'ils ne savaient même pas utiliser leur cervelle ? Et après on s'étonne de déplorer tant de défaites dans le camp des Chasseurs !
Cédrick avait beau avoir l'habitude de les avoir dirigé, il lui arrivait souvent de fulminer face à l'incompétence de certains Chasseurs. Il ne pourrait jamais s'habituer à bosser avec de tels incapables.
Allez, crève donc, puisque c'est ainsi.


<< Arrête toi George! C’est un allié. N’est-ce pas Elliot? >> retentit une voix parmi la meute.

"George" interrompit son assaut. Tant mieux.
Celui qui venait de parler s'avança. Il s'agissait d'un homme torse nu, avec un bas et une épée de couleur très fluo. Berk.
Il voulut s'entretenir en privé avec Elliot, mais ce fut à ce moment que la tête de ce dernier se tourna vers la direction du baron. Il venait de le repérer dans la foule.
Aussitôt, il pointa le doigt dans sa direction et Cédrick dut rajuster sa capuche sur son visage quand tous les regards se tournèrent vers lui.

<< Pourquoi pointez-vous cet homme? Vous voulez qu’il vienne avec nous? >>
demanda l'homme à l'étrange lame.

Elliot acquiesça. Merci.
Cédrick s'avança donc vers eux en s'extirpant de l'anonymat de la foule quand on lui demanda son avis, mais ne souffla pas un mot.
Il les suivit donc en silence, laissant une horde immobile derrière lui.

Quand ils furent à l'abri des regards, Cédrick attendit patiemment que l'échange entre Elliot et son collègue commence, prêt à jouer les interprètes durant tout le long de la conversation.
Dés que cela serait fini, le baron prendrait le chevalier à part, et lui soumettrait sa proposition de quitter le continent central de Zalnaos pour rejoindre les troupes envoyées dans les îles du Sud.

Non, en vrai ce ne serait pas une proposition. C'était ça, ou bien Cédrick enverrait Elliot au cachot lui-même. C'était le plus grand soldat vu depuis des générations, avec un pouvoir unique, mais c'était aussi un tueur en série. Tout son entourage y passait ; Chasseurs et Humains compris.
C'était pour cela qu'il fallait s'arranger pour qu'il y ait surtout des ennemis autour de ce sociopathe, et le moins possible d'alliés.








Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Ven 22 Mai - 18:50

Le rang zéro accepta. Le chef fluo nous amena dans la maison où j’avais dormi. Je m’attendais à ce qu’il s’assoit au salon ou dans la cuisine, mais il continua à marcher vers l’arrière de la maison. Il sortit par la porte à l’extrémité de la demeure et sans que je n’aille dit un seul mot il nous expliqua sa décision.


<< J’ai envie de boire un verre, de plus nous pourrions être écoutés par mes sous-fifres. >>


Je ne répondis pas à son affirmation. Pourquoi les humains parlaient autant? J’avais mal à la tête seulement en les entendant. Malheureusement pour moi, il parla tout le long de la marche, peut-être était-ce parce qu’il se sentait mal à l’aise, peut-être parce que c’était sa personnalité, je n’en savais rien.


<< Je m’appelle Yellom, je suis le chef chasseur avec un pouvoir très spécial. Par compte, je ne vous parlerez pas de celui-ci. J’ai peut-être l’air stupide, mais mon hamster tourne très vite dans ma petite tête… Vous n’êtes pas très bavard… Tous m’ont toujours dit que j’étais trop énervé pour devenir chasseur, mais j’ai persévéré et je suis devenu le chef. Il ne faut pas croire tout ce que l’on nous dit. Je veux donc te donner une chance Elliot, je ne veux pas croire les rumeurs, en fin de compte, tu pourrais être gentil… Tu pourrais être au fond très amical et au lieu de ce cœur de pierre, tu pourrais avoir un énorme cœur. Tu sais un gros ours au grand cœur. J’ai déjà connu des gens dans ton genre tu sais, ce n’était qu’une façade, un bouclier pour les protéger de leur faiblesse. Tu n’as pas besoin de tenir ce bouclier devant moi, je sais que tu n’es pas méchant… >>


Il continua ainsi pendant une éternité espérant sans doute que je lui réponde. Il était vraiment stupide. J’avais beau le suivre, je m’en fichais. Il pourrait me tuer en ce moment même, je m’en fichais. Après une vingtaine de minutes, nous atteignîmes enfin un bar nommé ‘‘Shadow’’. Monsieur short fluo entra comme un clown dans le bâtiment en criant comme un fou.


<< Je suis de retour mes amis! J’ai passé les cinq étapes du feu et je suis prêt à conquérir le monde! Oui, je sais, vous aimeriez être comme moi, mais que voulez-vous… Je suis parfait! >>


Comment avait-il pu devenir chef? Personne ne semblait être son ami, plusieurs le regardait en se retenant de rire. Il alla s’assoir sur un tabouret et nous fit signe de le rejoindre. Je m’assis donc deux bancs plus loin que lui. Je n’avais pas envie d’être proche de lui, je risquais de m’emporter plus facilement, de plus je risquais de moins l’intoxiquer avec mon odeur en restant plus loin. Comme si short fluo voulait se venger de moi, il se leva de son siège et s’assit auprès de moi. J’échappais un soupire devant se signe pathétique. Je ne pouvais tout simplement pas endurer cette chose.


<< Alors mon grand? Je connais ton nom et ta réputation, à part cela… Pas grand-chose. Voudrais-tu me renseigner..? Bon… Je vois que tu n’as pas très envie de parler. Peut-être qu’un verre t’aiderait à te détendre. Barman! Trois verres de double-démons pour moi et mes invités. >>



Lorsqu’il parla de boisson, mon estomac se souleva. Puis je vis cette fameuse boisson double-démons. Je me mis à la fixer. C’était une boisson noire au-dessus, passant au mauve au milieu puis au noir au fond. Cela me fit penser à mon père.


*Flashback : J’avais cinq ans. Mon père était saoul, il m’avait envoyé chercher de l’eau pour qu’il puisse prendre un bain. J’étais en train de revenir du ruisseau quand j’entendis les cris. Cela venait de sous la maison, un endroit interdit. J’entendais souvent des gens crier. Cela m’empêchait souvent de dormir, mais cette fois si, c’était différent. Ce n’était pas un cri d’adulte, mais plutôt d’enfant. Une petite fille. Je décidais donc d’aller voir, ses cris me torturaient.


Je descendis les marches tremblant de tout mon corps en imaginant ce que mon père pourrait me faire s’il me surprenait. Premièrement, je ne vis rien, tout était noir. En tâtonnant les murs, je fini par trouver une chandelle. Je l’allumais, puis je vis ce qui m’entourait… Du sang… Beaucoup de sang. Pas juste du frais, mais aussi de l’ancien. Un être humain normal aurait surement vomi à cette vue, mais moi j’étais différent. J’avais perdu une partie de mon humanité à cause de père. En fait, il aimerait que je la perde entièrement.


J’avais envie de faire marche arrière et de remonter les escaliers, mais ma curiosité me guida vers la cellule de la petite fille qui ne semblait même plus humaine après les torture qu’elle avait subie. Un de ses yeux pendait hors de son orbite, ses doigts de mains et d’orteils avaient été coupés, ses bras avaient été épluchés jusqu’aux veines, ses cheveux rasé, ses vêtements étaient en lambeaux, sa peau (ou il en restait) était couverte d’ecchymose, etc. Regardant autour d’elle comme si elle avait perdu la vue elle se mit à me parler.


<< Il y a quelqu’un? S’il vous plait aider moi! >>


Elle se mit à pleurer. Je me sentais mal à l’aise… Je me mis à fixer mon propre bras couvert lui aussi d’ecchymose. Je connaissais la douleur de se faire battre. Je me mis à penser à mon dos et aux marques de ceinture. Avait-elle les mêmes? Est-ce que père avait torturé plusieurs enfants? Cette penser me donna froid dans le dos. La vie est trop injuste…


<< Je vous en prie, libérez-moi!!! >>



Je ne pus m’empêcher de m’approcher de la grille et de lui ouvrir sa cage. Dès qu’elle entendit le son du vieux métal bouger, elle sursauta, se leva et essaya de courir vers la sortit. Essaya parce qu’elle tombait à tous les trois pas. Ses pieds étaient trop en mauvais état, sa cheville semblait cassée sur une jambe et l’autre on aurait dit que c’était le genou. Je ne bougeais pas, la regardant tombé, pleuré et crier.


La volonté de survie est tellement forte… Pourquoi? Pourquoi m’est-elle autant de volonté dans une cause si perdue? À ma grande surprise, elle finit par réussir à monter les escaliers. Elle n’avait passé la porte que depuis quelques secondes que tout d’un coup j’entendis cinq coups de fusil, celui de mon père. Je savais que j’aurais dû aller me cacher, mais j’avais besoin de savoir si elle était morte. Je montais donc les escaliers en vitesse et rendu en haut, je fus déçu.


Elle était malheureusement toujours vivante. Elle allait mourir dans d’affreuse souffrance, père avait touché un organe vital. La petite fille d’environ mon âge se tenait le ventre avec souffrance. Père avait dû tirer plusieurs fois pour la touché puisqu’il était saoul. Je pense que mon ouïe ne marchait plus parce que ce n’est que lorsque je sentis mon bras se faire écraser par une force énorme que je me mis à attendre les insultes de mon père. Il me prit par les cheveux et me tira vers la maison tout en continuant de me crier des choses.


Rendu à l’intérieur, il m’obligea à m’agenouiller devant lui et à enlever mon chandail. Je le fis tout en pleurant, je savais ce qui m’attendait. Il prit sa ceinture et se mit à me fouetter cent coups. Après cela il m’obligea à m’excuser en le regardant dans les yeux. C’est ce que je fis parce que je savais que si je ne le fessais pas, il me redonnerait deux cents coups. Finalement, il me prit par la gorge et m’enferma dans la chambre froide. Dans celle-ci, j’étais au moins tranquille. Le sang qui me dégoulinait dans le dos allait congeler, je savais tout cela, ce n’était pas la première fois que j’étais dans cette situation… Loin de là.


Je me promis de ne plus jamais remettre les pieds dans un de ces lieux interdit, de toutes façon, cela ne servait en rien de les laisser sortir. Le seul moyen pour que personne ne souffre plus est la mort. Je le comprenais maintenant…*



<< Elliot m’avez-vous écoutez au moins..? Vous n’avez écouté aucune de mes questions bordel?! Au juste, quand quelqu’un vous paie un verre, vous pourriez au moins en prendre une gorgée… Bon écouté, vous êtes un chasseur, moi aussi, j’ai besoin d’un garde du corps et je me demandais si vous aimeriez être le mien? >>


Je le regardais surpris. Je n’avais même pas écouté leurs conversations. Cédrick et Yellom me regardaient attendant ma réponse. Si je refusais, il risquait de taquiner mes plans et si j’acceptais, il me laisserait tranquille et même s’il me demanderait de l’aide, je pourrais refuser. Je fis donc un signe de la tête signifiant oui au chef des chasseurs.


<< Enfin! J’ai l’impression de ne plus parler à un mûr. >>


Puis, sans qu’il n’aille le temps de me dire ou le rejoindre, je me levais et me dirigeais vers la sortie. Je me mis à marcher dans la rue.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Sam 30 Mai - 14:13

Les trois hommes s'écartèrent de la foule en colère suite à leur accord et traversèrent la maison dont venait de surgir Elliot peu de temps auparavant. Cédrick n'eut qu'un bref regard pour le cadavre de la vieille femme et celui de son assassin sans tête quand il entra dans le hall d'entrée. Il tâcha juste d'éviter l'immense flaque de sang qui s'étalait sur le sol, pour ne pas salir ses chaussures.
Pas difficile de deviner ce qui s'était passé ici.
Ils ne restèrent pas dans cette habitation qui empesterait bientôt la mort, car ils sortirent par la porte de derrière. L'homme qui les guidait disait "avoir envie de boire un verre", et craignait que ses compagnons ne l'entendent.

Pourtant, après une longue marche accompagnée d'un monologue tout aussi interminable de sa part -sans doute pour meubler le lourd silence qui flottait- il les fit entrer dans un bar empli de monde; "Shadow".
Celui qui avait dit s'appeler Yellom avait donc juste envie de se réchauffer la gorge avec de la boisson, en fin de compte, et rien d'autre. Le baron pouvait comprendre.

<< Je suis de retour mes amis! J’ai passé les cinq étapes du feu et je suis prêt à conquérir le monde! Oui, je sais, vous aimeriez être comme moi, mais que voulez-vous… Je suis parfait! >>
déclara le buveur quand il fut entré.

Kessai se contenait, mais sa bouche se tordit en un sourire moqueur sous l'ombre de sa capuche.
Il avait commencé à trouver ce personnage en short fluorescent ridicule dés le moment où il avait comparé Eliott à une sorte de nounours pelucheux lors de son discours d'auparavant. A présent, il le voyait carrément comme un clown avec un ego démesuré.
Mais c'était un clown qui disait avoir un pouvoir très spécial. Ces mots n'étaient pas tombés dans l'oreille d'un sourd.

Yellom s'assit sur un des sièges libres, mais Elliot préféra faire de même plus à l'écart du casse-pieds.  Ce ne fut pas assez suffisant, car celui-ci se leva aussitôt pour se rasseoir à côté du chevalier. Il était insistant tout de même.
Cédrick resta debout pour sa part. Il n'était pas très à l'aise dans ce lieu fermé et fourmillant de Chasseurs. Au moins à l'extérieur il avait plus de mobilité, au cas où...

<< Alors mon grand? Je connais ton nom et ta réputation, à part cela… Pas grand-chose. Voudrais-tu me renseigner..? Bon… Je vois que tu n’as pas très envie de parler. Peut-être qu’un verre t’aiderait à te détendre. Barman! Trois verres de double-démons pour moi et mes invités. >> reprit le clown.

La Volonté s'approcha de la table où venait d'être servie ladite boisson, et s'en empara prestement comme s'il s'agissait d'un trésor. Il ne lui fallut pas longtemps pour atteindre le fond de son verre.
Il n'avait plus eu l'occasion d'essayer de nouveaux alcools ces temps-ci. Ça lui manquait.
Ce n'était pas prudent de se saouler quand on était entouré d'ennemis oui, mais Cédrick aimait trop cette sensation de chaleur qui coulait le long de l'oesophage puis qui se répandait dans tout le corps pour laisser passer cette occasion. D'autant que le double-démons semblait très fort. Les premières gorgées furent brûlantes, puis somptueuses.
Étonnamment, Elliot, de son côté, sembla brusquement hypnotisé par le liquide sombre qui venait d'être déposé devant ses yeux. Il n'y toucha pas, complètement absorbé par son verre plein.
Il n'écouta même pas Yellom quand il lui fit la proposition de devenir son garde du corps personnel, et ne revint dans le monde réel que lorsque ce dernier s'offusqua de sa rêverie.

<< Elliot m’avez-vous écouté au moins..? Vous n’avez écouté aucune de mes questions bordel?! Au juste, quand quelqu’un vous paie un verre, vous pourriez au moins en prendre une gorgée… Bon écoutez, vous êtes un chasseur, moi aussi, j’ai besoin d’un garde du corps et je me demandais si vous aimeriez être le mien? >>

Le Chasseur blindé le regarda avec surprise, lui puis Cédrick, avant finalement de hocher la tête et de se lever pour s'en aller.
Tiens ? C'était surprenant de sa part, d'accepter un travail pareil pour un homme comme ce clown.

Bon, Cédrick n'aura pas fait grand chose alors, comme interprète.
Quand Yellom se leva à son tour pour rattraper son collègue, Cédrick s'empressa de finir les verres abandonnés et alla les rejoindre.
En vérité, non, il n'était pas parti pour "les" rejoindre. Il allait d'abord s'occuper du gêneur torse nu, puis seulement ensuite il allait parler à Elliot.

Quand il sortit, le clown était sur le point de rattraper le chevalier.  Cédrick courut dans sa direction pour l'empêcher de l'ennuyer davantage. Il ne manquerait plus qu'il le convainque de se mettre entièrement à son service !
Il attrapa Yellom par les épaules, le fit se retourner vers lui, puis lui chuchota, avec une voix teintée d'une certaine tristesse, mais aussi d'une détermination glaciale.

« Elliot est à moi. Non, il ne sera pas ton garde du corps. Non, il ne travaillera pas avec toi, ni pour toi, ni quoi que ce soit. »

Par la suite, il entraîna de force son interlocuteur derrière le bar qu'ils avaient fréquenté, là où personne n'irait les chercher. Il ne se soucia pas de ses cris ni de ses coups, et le jeta comme un sac de patates sur le sol une fois arrivé dans la petite ruelle jouxtant "Shadow".
Il devait procéder vite, pour être sûr de retrouver Elliot après cela.
Il arracha le sabre fluo des mains du Chasseur qui venait de le brandir, en prenant garde à le saisir par le manche, au cas où la lame serait cendrée. Par la suite, il pointa cette épée dans la direction du cou de son adversaire.

« Parfait, ne bouge plus. Tu vas me montrer ton pouvoir, et je vais décider si je vais te laisser vivre, ou le contraire. »

Cédrick avait souvent tendance à se compliquer les choses, sauf quand il se retrouvait en face d'une personne douée de pouvoirs étranges. Pour lui, ce n'était ni plus ni moins qu'un potentiel ennemi.
Et sur toutes ses années d'existence, il n'y avait qu'Elliot qui pouvait faire office d'exception à cette règle, jusqu'à ce jour.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Sam 30 Mai - 16:44

J’étais en train de rêvasser quand j’entendis des cris, je reconnu la voit. C’était Yellom, mais que lui prenait-il? Je pensais premièrement qu’il était à mes trousses, mais je compris par la suite que c’était un cri de peur. Il se fessait attaquer. Je me mis à marcher vers le son que j’entendais. Et c’est là que je le vis sur le sol. Cédrick me fessait dos, c’est lui qui avait attaqué short fluo. Le singe leva son sabre en tremblant des mains. Pitoyable me dis-je. Cédrick le lui arracha et pointa sa propre épée sur son cou.

« Parfait, ne bouge plus. Tu vas me montrer ton pouvoir, et je vais décider si je vais te laisser vivre, ou le contraire. »

Je me mis à regarder le rang zéro d’une nouvelle manière. Ce pouvait-il qu’il soit comme moi? Qu’il sauve les gens en détresse? J’avais hâte de voir s’il aurait le cran de le tuer. Par compte, je n’étais pas complètement comme Cédrick, je me fichais de savoir son pouvoir, ce qui m’importait était de savoir si le rang zéro était comme moi. C’est là que Yellom leva les mains en l’air et se transforma en fille. Je ne bougeai pas en voyant cela. C’était si… étrange.

Elle ou lui, je ne sais pas, n’avait pas changé de vêtement. Elle ne portait pas de haut. Yellom se mit à draguer Cédrick. Je n’en revenais pas. Allait-il se faire prendre à un jeu si facile? Je me dis qu’elle avait peut-être le pouvoir de séduction. Je me rappelai aussi que Cédrick avait bu tout son verre. Boire avant un combat n’est pas l’idée du siècle.

Le jeune homme habillé se mit à parler, mais puisqu’il me fessait dos, je ne compris rien. Je n’osais pas m’approcher, je ne voulais pas tomber sous l’emprise de Yellom. Pouvait-il lui demander de faire tout ce qu’il voulait? Je n’en savais rien, mais j’avais hâte de voir la suite...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Mer 3 Juin - 17:35

La sensation de chaleur due à l'alcool montait en Cédrick, petit à petit.
Elle était à la fois étourdissante et très plaisante. Le baron avait encore une parfaite maîtrise de lui-même au moment où il effleurait le cou de Yellom avec son propre sabre, mais il était déjà sous l'emprise d'une grande euphorie. Le type d'euphorie qui vous poussait à tout prendre avec le sourire, et qui vous apportait l'impression de détenir la clé de toutes les énigmes de l'Univers. Il n'y avait que l'alcool qui savait lui apporter autant de joie aussi vite dans ce bas-monde. Ça, et le meurtre de Volontés. Cette activité était enivrante également... surtout quand elle touchait à sa fin.
La possible Volonté en short consentit à dévoiler son pouvoir sous la menace, d'ailleurs.
Ses cheveux devinrent longs et fins, son visage prit des traits plus arrondis et plus doux. Plus bas, les courbes de son corps se modifièrent, et en l'espace de quelques secondes, le rang Zéro se retrouva avec une jeune femme sous la pointe de son épée.
Yellom venait de changer de sexe. En effet, on pouvait appeler cela un "pouvoir très spécial".

Elle (ou il, comment savoir ?) ne portait toujours pas de haut, ce qui rendit la situation subitement plus intéressante. Cédrick laissa volontiers son regard doré se promener sur la nouvelle poitrine de Yellom avec intérêt et amusement. Elle surprit son regard, et se mit alors à minauder avec une expression séductrice, sans aucune pudeur. Ses yeux en disaient longs sur l'idée qu'elle venait d'avoir.
Elle dégagea soudainement un charisme énorme tandis qu'elle se mit à lui faire des propositions indécentes, et le baron eut l'impression d'être pris dans un champ magnétique qui l'attirait vers elle.
Ce qui n'était à la base qu'un bref intérêt pervers venait de se changer en une envie irrépressible de céder à ses avances.
Elle était jolie, c'était donc très tentant de prendre un moment en privé avec elle. C'est pourquoi Cédrick aida Yellom à se relever avec douceur pour ensuite se rapprocher d'elle à petits pas. Par la suite, il lui prit délicatement le menton et...

...il laissa ses yeux devenir bleus.
Cette couleur envahit le jaune de ses iris en un instant tel un océan d'une profondeur infinie, engloutissant sa pupille de la même sorte.
La séductrice n'eut pas le temps de détourner son regard du sien qu'il se perdit involontairement dans cet océan bleu, emportant avec lui tout le libre-arbitre et toute la volonté de la victime. Le lien était crée. L'hypnose venait d'être établi.
Les pupilles de Kessai réapparurent pour confirmer cela. Elles étaient à présent d'un blanc pur, et avaient chacune la forme d'une cage fermée. Le baron sentit un lien télépathique à sens unique se former entre son esprit et celle de Yellom, allant du premier au second uniquement.
Si cette technique avait pu marcher, c'est que le chef Chasseur était immortel. Donc...

« Tu es bel et bien une Volonté. Félicitations, traître. Tu n'aurais jamais du parler de ce pouvoir. » chuchota Cédrick.

Le test étant concluant, il rompit son hypnose, laissant son regard revenir à la normal. Pour achever sa tache, il transperça donc le coeur de Yellom de part en part avec le sabre fluo qu'il avait toujours en main.

Yellom hurla comme un forcené, et son expression vira en un mélange de douleur et d'incompréhension. C'est alors que Cédrick lui dit avec un sourire cruel, son visage à quelques centimètres du sien :

« Mon coeur est déjà pris, je le crains. Mais bien tenté. »

Il retira ce qui venait de devenir son épée de sa chair, et regarda le corps de Yellom tomber à terre comme une masse pour la dernière fois.
Tandis qu'il ou elle se vidait de son sang, l'ivresse de Cédrick venait tout juste d'atteindre son paroxysme. Son sourire s’agrandit encore et encore, et un hoquet nerveux se mit à s'échapper de sa gorge. Ce hoquet se mua bientôt en un ricanement léger, puis en rire qui prit de plus en plus d'ampleur, jusqu'à ce que Cédrick éclate d'un rire dément et disproportionné, qui résonna aux alentours.
L'alcool et le meurtre, vous dis-je. Un mélange si parfait ! Rien de mieux que de se saouler avec l'eau-de-vie et le sang, en même temps si possible.

C'est alors que Cédrick se rendit compte de la présence d'Elliot derrière lui. Il se retourna alors lentement vers lui, sans se défaire de son sourire.

« Ton travail de garde du corps est terminé. J'en ai un beaucoup moins ennuyeux pour toi maintenant. Ehehehe ! »


Mais il n'eut pas le temps de l'exposer. Les buveurs du bar, anciens collègues du traître, venaient de faire irruption dans la ruelle. Ils avaient du être alertés par les cris de Yellom et par le rire de son assassin.
Quels rabats-joie.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Messages : 22
Date d'inscription : 13/02/2015
Age : 18

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: La marque de Caïn / épée
Âge: 18 ans
Titre: Coeur de pierre / Chasseur
avatar
Elliot Stoveski
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Sam 6 Juin - 10:28

Cédrick ne se laissa pas avoir, il tua le chef devant moi. Le sang éclaboussant ses vêtements. Le corps du jeune homme tomba lourdement au sol et un lac rougeâtre se forma. La marque s’enclencha, me fessant sourire. Je n’avais pas besoin de boire de l’alcool, la marque était la meilleur sensation au monde et au contraire de l’alcool, cela ne me rendait pas plus faible, mais plus fort. Le courant chaud parcouru tout mon corps lentement,  fessant picoté ma peau partout où la sensation mielleuse passait.

Je me mis à rire, l’un des seuls sons que je me permettais, l’autre étant gronder. Touchant mes muscles, c’était comme si elle les l’huilait et les surchauffaient, ils semblaient grâce à elle à pouvoir se déplacer avec plus d’agilité, d’habilité et de force. La chaleur aurait pu faire crier plusieurs hommes, mais pour moi, elle était délicieusement parfaite. Elle était maintenant rendue dans ma gorge, remontant doucement en me laissant la Soif. Je savais ce qui se passait quand elle atteignait mon cerveau; c’était le paroxysme.

Lorsqu’elle eut atteint chaque parcelle de mon corps, je pris une grande inspiration, puis expirait le tout. Soif. Je tremblais, pas parce que la marque m’avait épuisé par sa demande, mais parce que c’était trop bon. Soif. Oh, oui j’en avais besoin! Riant j’aperçus une silhouette me semblant très lointaine. Cédrick se tourna vers moi en disant.

« Ton travail de garde du corps est terminé. J'en ai un beaucoup moins ennuyeux pour toi maintenant. Ehehehe ! »

Pour toute réponse, je ne m’arrêtais pas de rire. Je me fichais de ce qu’il me disait, une seule chose comptait la Soif. Je n’avais pas beaucoup Soif puisque j’avais tué il n’y a pas longtemps, mais c’était assez pour faire de moi le plus heureux des hommes. La marque me fessait oublié tous mes souvenirs d’enfance. Elle fessait tout pour que je reste concentré sur ma mission et je lui en étais reconnaissant. Tout à coup, je sentis une forte odeur de… SANG! Ma respiration avait octuplé. Je me retournais rapidement vers mes cibles. Je n’avais qu’une envie; les transformer en pâté pour chien. L’une d’elle s’écria en même temps que je la fixais avec désirassions.

<< Vous l’avez enfin tué! Nous étions plus que tanné de ce clown. Que pouvons-nous faire pour vous remercier? Peut-être pourrions-nous… >>


Je fus incapable d’attendre plus longtemps, je m’élançais trop rapidement pour n’être qu’un simple mortel et je lui fis un crochet avec le pied pour le faire voler dans les airs. Mon coup était surpuissant et mon rire ne fessait qu’augmenter de puissance. Soif. Je me mis à marcher tranquillement vers lui, savourant la puissance quasiment insupportable qui fessait trembler mes muscles. Tous me regardaient étrangement ne sachant pas quoi faire. Mon ennemi se leva en se massant le cou. Oui! Il avait mal! Soif. Bien fait pour lui me dis-je, il a tellement créé de souffrance que c’était à son tour.

Il fonça sur moi tel un taureau, mais je levais mon épée à la dernière minute l’embrochant du même coup. Du sang coula de sa bouche en même temps qu’il abaissa sa tête de façon saccadé vers son ventre. Ses yeux s’agrandirent en voyant ce que je lui avais fait, plutôt ce qu’il s’était fait tout seul. Moi je n’avais que levé mon épée, c’est lui qui avait foncé dedans… Il mourut sur mon arme, je donnais un coup de pied dans son pitoyable corps, celui-ci tomba à son tour lourdement au sol. Telle une voix lointaine, j’entendis que l’on m’avait nommé.

<< C’est Elliot! Il est notre nouveau chef! Acclamé le tous! >>

Ils se mirent à me féliciter et j’aperçus même quelque uns s’agenouiller devant moi. Ridicule me dis-je. Les mortels étaient rendu bien bas, il était de mon devoir de tous les sauvés et pour cela je devais les exterminer. Soif. La marque était de mon côté, elle en voulait encore plus elle aussi. Je sautais dans la mêlé et commença à faire gicler le sang de tous les côtés. Quand j’eus exterminé toute personne devant moi (dix-sept selon mes calculs), je m’avançais vers ma première proie.

Je savais que Cédrick était là à tout voir, mais je m’en fichais, j’avais encore Soif. Je coupais la tête du jeune homme et levais son corps sur mon épaule. Soif. Je frôlais Cédrick pour sortir de la ruelle et entrais dans une vieille usine désaffectée (voir : http://img638.imageshack.us/img638/3013/img3844hdr.jpg ).  

Je tirais le corps sur une vieille table et commença à ouvrir son abdomen avec mon épée. J’enfonçais par la suite ma main pour recueillir son cœur. Fessant dos à Cédrick, celui-ci ne pouvait pas voir mon regard intense devant un si bel ingrédient de cuisine. Pourtant, je n’avais pas le temps de le préparer. Je me mis donc à le manger cru. Quand j’eus fini, la soif avait disparu et j’étais guérit. J’allai m’asseoir prêt de la fenêtre peu basse sans regarder si Cédrick m’avait suivi ou s’il me fixait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://volonte.forum-canada.com/t42-chasseur-coeur-de-pierre
Messages : 757
Date d'inscription : 05/10/2014
Age : 20
Localisation : Partout où je peux être

Feuille de personnage
Pouvoirs et/ou armes: Regard hynotique, mais seulement envers les Immortels. Arme: chaîne en fer
Âge: 22 ans, depuis longtemps
Titre: Volonté des Immortels. Rang Zéro. Baron, aussi, en passant.
avatar
Cédrick Kessai
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   Dim 5 Juil - 14:47

Cédrick ne s'en était pas immédiatement rendu compte, tout à son ivresse, mais Elliot aussi s'était mis à rire face au spectacle que le baron venait juste de donner.
Pendant un instant, ils avaient exprimé leur joie à l'unisson, et quand Cédrick s'en était aperçut, il s'était un peu calmé pour s'adresser à son camarade.
Quel dommage, quand on y pensait. C'était la première fois qu'ils semblaient d'accord.

Mais Elliot ne laissa pas son euphorie diminuer pour autant, contrairement à ce qu'avait fait la Volonté quand il avait vu qu'il n'était plus seul. Au contraire, il continua de rire, encore et encore, sans que sa voix ne perde en chaleur ou en intensité. Ce fut plaisant à voir, il fallait l'admettre.

Toutefois il fallut que les autres surgissent. Les autres Chasseurs, ceux qui étaient incapables de tuer qui que ce soit et d'en tirer du plaisir, ceux qui allaient devenir furieux, parce qu'ils pensaient avoir assisté à un meurtre d'un de leurs compagnons, et non à une simple élimination de Volonté. Parce qu'eux n'étaient que des pions qui ne pouvaient réfléchir que de façon sommaire.

<< Vous l’avez enfin tué! Nous étions plus que tanné de ce clown. Que pouvons-nous faire pour vous remercier? Peut-être pourrions-nous… >> dit l'un d'eux, étonnamment reconnaissant.

Ah bon.
Plus surprenant encore, Elliot ne laissa même pas le temps au Chasseur de finir sa phrase qu'il l'envoyer voler dans les airs d'un puissant coup de pied. Son rire devint alors plus sonore.
C'était reparti, il allait tous les éliminer alors qu'ils n'avaient montré aucun signe d'hostilité.
C'était regrettable.
L'agressé se remit debout, endolori mais furieux. Il tenta donc de prendre sa revanche en se jetant sur Elliot.
Il ne l'obtint pas. Bien au contraire, il mourut sur son épée.

Cédrick venait de perdre toute envie de sourire.

<< C’est Elliot! Il est notre nouveau chef! Acclamé le tous! >> osèrent s'écrier les survivants, quand le corps de leur leader toucha terre.

A ce moment-ci, la Volonté de rang Zéro venait de perdre non seulement la brève joie qu'il ressentait, mais à présent ce fut une vague sourde de colère qui se mit à remonter en lui.
Qu'elle fut lointaine, son ivresse qui le faisait rire, quand cette infecte acclamation résonna à ses oreilles ! Qu'elle fut absente, son espoir envers les Chasseurs, qu'il considérait comme ses seuls alliés contre la menace des autres Volontés !
Il ne restait plus que de la déception, quand ces hommes se mirent à féliciter un tueur en série pour avoir éliminé un de leurs camarades. De la déception, du mépris, et peut-être même un début de haine.
Oui, c'était ça l'espoir de l'Humanité contre les Volontés ; il avait sa réponse désormais. Des déchets qui n'avaient aucune estime de la solidarité. Des vipères qui ne faisaient que se mordre entre elles, en oubliant qui était leur ennemi.


"Tue-les, Elliot. Extermine ces vauriens" pensa ardemment le rang Zéro.

Par chance, c'est ce qu'il fit face à ce spectacle misérable, et quelques minutes plus tard, environ une vingtaine de corps ensanglantés jonchaient l'impasse.


Elliot prit un des cadavres, trancha sa tête et l'embarqua sur son dos avant de sortir de la ruelle.
Sans même y penser, Cédrick lui emboîta le pas, maintenant pensif.
Leurs pas les menèrent dans un grand bâtiment, une vieille usine qui avait du être partiellement reconstruite après la Catastrophe des Dieux, puis abandonnée.
Le Chasseur se mit alors à disséquer le macchabée jeté sur une table à l'intérieur... et il avala son coeur.

Kessai détourna le regard, nauséeux. Le bruit des dents qui travaillaient mêlé à celui du sang coulant en abondance était dégoûtant. Mais c'était supportable, donc il ne fit aucune remarque.
Tout ce qu'il fit, c'est aller s'accroupir en face d'Elliot en silence, une fois qu'il eut fini son "repas".
Il se contenta de regarder dans la même direction que lui pendant plusieurs minutes, puis, quand il estima qu'ils s'étaient assez reposé, il tourna les yeux dans la direction du Chasseur à l'armure ensanglantée.

«-Elliot ?»

Après cette apostrophe, il se leva pour enlever son long habit maculé de sang, révélant ainsi son visage entièrement pour la première fois. Suite à quoi il le jeta loin derrière lui.

«- Je vais être bref au possible. Tu vas quitter Zalnaos, car ta place est dangereuse pour tout le monde dans cette grande ville. A la place, tu vas chasser la Volonté dans l'île de ton choix... Qu'en dis-tu ?»

Pour appuyer cette proposition, il tendit la main gauche sur le côté, et un portail s'ouvrit juste au bout de ces doigts. Cédrick venait d'ouvrir un courant de rang minimum, pour signifier que le départ serait immédiat si la réponse était positive.














Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?   

Revenir en haut Aller en bas
 

Collaboration, élimination. Un allié de confiance ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Complet]L'axe et les alliés
» Les prémices d'une collaboration
» Devenons alliées (Hermy)
» Allié en perspective ! [Dionysos & Callisto]
» [Révolution - Dampier] Groupe spécial d'élimination des ennemies de la révolution

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Chroniques des Volontés :: Nyx :: Quartier Est-